Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 18:02
 
 
L’année 2003 fut un record : rarement les organismes ayant à mesurer la conjoncture économique, offices, instituts, et observatoires de tout poil, ne mirent autant à côté de la cible ! Collectivement anticipée comme une année de reprise, après un mauvais cru 2002 (1%), l’année se terminera avec un taux de croissance de 0,8%, le plus faible depuis dix ans. Certes, la richesse créée par le pays ne prête pas à sourire lorsque ses niveaux surnagent à peine, ni davantage la comparaison avec quelques-uns de nos voisins, qui firent plus mal, à se consoler - l’Allemagne boucla son bilan sur une croissance zéro, les Pays-Bas burent la tasse, à -0,9%. La question n’est pas non plus d’expliquer a posteriori les raisons profondes de cette anno horribilis, pour lesquelles on délibère encore. Car plutôt que l’art consommé de prédire le passé, plus utile est celui d'augurer l’avenir ; c’est un exercice difficile, mais le seul qui vaille pour valider les théories et les modèles économétriques. Hélas, les faits sont coriaces, qui ne cessent de contredire ces belles constructions. Economistes, conjoncturistes et autres experts de la prévision, aux premières loges, en savent quelque chose : ils ne se lassent pas de se tromper avec autorité « Nous nous sommes mis à rire, en nous rappelant les prédictions des économistes en 1914 : la guerre, pas plus de quelques mois, les Etats n’ayant pas les moyens pour plus longtemps ». Ainsi Paul Léautaud se plut-il à brocarder les experts dans son Journal, en 1932, incluant sans doute John Keynes qui pensait aussi que …. Et ils le savent !
 
L’Office Français des Conjonctures Economiques (OFCE) est un de ces organismes indépendants 1 qui s’essaient à la prévision. Au printemps 2002, l’institut se lance : il pronostique une croissance de 2,9% pour l'année 2003, titrant « Le pire s’éloigne 2 » dans une note d’analyse. Bercy, c’est-à-dire le gouvernement, plus prudent mais en ligne, propose une fourchette plus large comprise entre 2,8% et 3,2% ; l’OCDE est au-dessus de 3%. On évoque l’éclatement de la bulle Internet, l’assainissement des entreprises qui s'achève, la demande mondiale en progression, la confiance revenue, bref, on échafaude des hypothèses rassurantesLes capitaux en jeu sont énormes ; dans l’univers de la finance globalisée, rien n'est qui ne se décline en milliards de dollars. Profits ou pertes, épargne longue ou spéculation court-termiste, grands investisseurs ou cow-boys de la Bourse, tout est outré, mirifique ou abyssal. Pas de respect possible ici qui ne s’exprime sans enflure des chiffres … qui prévoient une sortie de crise, le retour de l’investissement et les emplois qui vont avec. Las, les vicissitudes ordinaires enroueront bientôt ce bel canto. Fin 2002, le tempo s'étiole, mais on y croit encore : Bercy, en septembre, affiche 2,5%, et l’OFCE, peu après, un modeste 1,8%. Début 2003, c’est le début de la soupe à la grimace : Bercy rabat sa prévision dès février à 1,5%, et l’OFCE en avril à 0,8%. Catastrophe à l’automne : nos deux protagonistes convergent globalement vers un petit 0,4%, soit encore une erreur de 100% à deux mois du terme ! L’INSEE s'en mêle, et pronostique en octobre une croissance de 0,2% pour l’année 2003 3 … 300% d’erreur ! Pour finir, la croissance du PIB français s’établira à 0,8% en 2003, toutes statistiques en berne.
   
« Les conjoncturistes disposent d'outils de plus en plus perfectionnés : comptes trimestriels, indicateurs, enquêtes. Pour autant les progrès de la prévision ne sont pas manifestes 4 » confessait l'INSEE dans son opus Economie et Statistique de novembre ... 1986 ! Outre-Manche, l'économétrie britannique, bien qu'ataviquement plus réceptive au dernier cri venu d'Amérique, n'était pas mieux logée. En 1992, Norman Lamont, chancelier de l'Echiquier, conscient des carences de ses propres experts, établit un groupe de prévisionnistes indépendants, baptisés « les sages ». Peine perdue : au cours des deux années suivantes, la qualité des prévisions de cette équipe ne dépassa pas celle des services officiels. En 1994 notamment, les projections de croissance, entre 2 et 3%, sous-estimèrent nettement le PIB anglais, qui bondit de 4%. Les prévisions d’inflationLe grand public est attentif à l’inflation, et singulièrement depuis le premier choc pétrolier, en 1973, qui marqua les esprits. Les pays de l’OCDE durent alors affronter des taux très supérieurs aux 4,9% annuels qui roulaient en moyenne depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Un pic survint en 1974, « l’année d’après », qui afficha un sinistre 13%, bientôt suivi, en 1980, d’un à peine meilleur 11,5% … furent, à l'inverse, surestimées, comme elles l'avaient été en 1993 5. Schémas tantôt pessimistes, tantôt optimistes, c'est égal : en tout point de l'espace-temps, la prévision économique faillit, sans relâche. Vingt années après le constat du statisticien tricolore, en dépit du développement de modèles économétriques surdoués et de moyens calculatoires colossaux déployés pour arraisonner l'air du temps, les progrès ne sont toujours pas manifestes. En sorte que les succès rencontrés ici ou là pourraient bien ne relever que des seuls caprices du hasard.

Quelque six milliards d’individus s’agitent de par le monde, à chaque minute, en tout point de l’écliptique. Leurs décisions s’ajoutent et se retranchent, s’alignent ou se contredisent, dans une lutte incessante contre l’entropie, qui défait chaque jour les vérités apprêtées la veille. De cette fièvre continue, imprévisible, surgit la marche du monde, inopinée et chaotique ; assurément, on préfèrerait que celle-ci fût mieux disciplinée, plus harmonieuse : on aimerait surtout qu’elle fût plus calculable ! Et de s’échiner à lui associer un chiffre magique, un seul, qui embrasserait d’un seul regard le réel tout entier : le marquis de LaplaceLe 21 octobre 1929 commença la fin : le lundi qui suivit, le Dow Jones perdit 13%, le lendemain 12% à nouveau, dans un désordre indescriptible, préludant une crise au long cours de l'économie américaine. On croyait avoir tout vu ; pourtant, le 19 octobre 1987, le Dow Jones fera mieux encore, c’est-à-dire pire, qui dévissera de 22,6% en une seule journée … en rêvait déjà voici deux siècles 6 ! Alors, on dissèque les agrégats, on recherche des régularités, on pose des hypothèses, on moyenne sur des périodes, plus ou moins longues, plus ou moins éloquentes. Puis, on corrige, on affine, on cale. Ces mille variables que jouent mille équations forment un modèle économétrique que de puissants ordinateurs se chargeront de faire dégorger. Bercy, l’OFCE et l’INSEE partagent le même modèle, baptisé « e-mod » 4 : comme on le voit, cette maquette simplifiée de l’économie produit des résultats à l’écarté, voire au débotté, selon qui la pilote ! Un réglage de paramètres, quelques-uns plus ou moins filoguidés, font la prévision, plus ou moins officielle. En cette année 2003, l'optimisme de Bercy fut toujours plus prononcé que celui de l’OFCE.
 
Mieux qu'un long discours spécieux, voici donc, au bout du chemin, le chiffre ! Immaculé, vierge de toute incrimination idéologique, synthèse nobéliséeLe choix des lauréats Nobel de l’année 2004, section Economie, fut la goutte qui fit déborder le vase : l’américain Edward Prescott et le norvégien Finn Kydland obtinrent le prix pour un article de 1977, dans lequel ils avaient établi, mathématiques à l'appui, que les banques centrales doivent échapper à toute pression des élus … du génie de l'homme à concentrer la quintessence du réel, sa pureté impose l'omniscience de l'expertisme 7 ; rien ne saurait plus être décidé qui ne fût jaugé, coupé en quatre, mieux, gouverné par la statistique. Hormis les hommes d'Etat, qui asservissent l'intendance, les dirigeants de passage, en tenue de camouflage, aiment à 
corroborer leur pratique de l'avis chiffré des experts. L'affaire enlevée, on ergotera sur quelques décimales : le chiffre sera peu ou prou amélioré, au nom de la prééminence de l'élu sur le technocrate. Ainsi le choix s’imposera-t-il mieux à tous, forgé au soufflet de lois économiques incontestées, mâtiné du bon sens politique, qui sent l'opinion. Qu’importe si les prévisionnistes coupe-vent se trompent du tout au tout, ni davantage qu’ils s’accordent ou non entre eux : ce qui compte est de maintenir le citoyen à distance, en lui représentant que ce brouillamini économico-statistique, aussi bien que la conduite des affaires de la nation, n'est pas de l'office commun. On n’a pas trouvé mieux que le scientisme depuis l’aube des temps, sinon l'apostolat romain, pour circonvenir le fidèle. Voilà pourquoi quelques chiffres valent mieux que d’autres : ils sont cautionnés, invérifiables. Généralement, on oublie assez vite qu’ils étaient faux. Archi-faux.

« Dans aucun autre domaine [la science économique] de la recherche empirique, il n'a été fait usage d'un appareil statistique aussi massif et raffiné pour des résultats aussi médiocres. Néanmoins, les théoriciens continuent à présenter modèle après modèle et les statisticiens à élaborer à la chaîne des processus mathématiques complexes 8 » (Wassily Leontieff, prix Nobel 1973). Tous les chemins ne mènent pas à Rome.

 


(1) La politique scientifique de Sciences PO (10/09/2002)
 

L'indépendance de l'OFCE est garantie par son texte fondateur. Une convention pluriannuelle (6 ans) conclue entre le Premier ministre et le président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques lui donne la stabilité nécessaire à l'accomplissement de ses missions.

 

(2) Revue de l'OFCE 2002-2 (N°81) - « France : le pire s'éloigne »
(3) Enjeux, Janvier 2006
(4) Cité par Bernard Maris (2003) -  « Lettre ouverte aux gourous de l'économie ...»
(5) Financial Times, le 29/09/1995 -  Craks in the crystal ball » (John Kay)
(6) Pierre-Simon Laplace (1814) -  « Théorie analytique des probabilités »

 

Page II - « Une intelligence qui pour un instant donné connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ces données à l’analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l’Univers et ceux du plus léger atome : rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir comme le passé seraient présents à ses yeux. »


(7) Alternatives Economiques (Mars 2003) - « Le règne du libéral-stalinisme »

Interview de Jacques Sapir - « J'entends par expertisme la combinaison (...) d'une part, du fait d'émettre des avis sans donner de possibilité de vérification (...) [sauf à tomber] dans un discours idéologique où l'on utilise un discours d'apparence scientifique comme argument d'autorité, d'autre part, du fait de se présenter comme un simple donneur d'avis, alors que l'on joue le rôle de décideur. L'expertisme, c'est donc une double irresponsabilité : une irresponsabilité de nature politique, par la confusion entre la fonction d'expert et la fonction de décideur (...) et une irresponsabilité scientifique, qui consiste à émettre des avis normatifs et prescriptifs sans en donner les possibilités de vérification ou en prétendant que ces avis se situent dans un au-delà du débat et de la vérification. L'expertisme est donc le contraire de l'expertise »


(8) Wassily Leontieff (1974) - « Essais économiques »


 

Illustration : Expert au chapeau pointu


Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Aragon - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...