Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 15:04

,

 
 
Georges-Soros.jpg Apatride, humaniste, philanthrope, Georges Soros est d'abord connu pour son génie financier. Deux décennies après qu’Alfred Winslow Jones eut conçu le premier hedge fund en 1949, il créa lui-même le Soros Fund Management, un groupe de fonds (Quantum, Quota, …) destinés à gérer 4 millions de dollars d’actifs : en 1979, le fonds aura 100 millions de dollars sous mandat, puis 7 milliards en 1989, et bientôt à 28 milliards en 1998 ! Julian Robertson fit aussi bien avec son Tiger Management Corporation : ses fonds fauves (Jaguar, Panther, Puma, ...) qu'il dota en 1980 d'un capital de 8,8 millions de dollars, rallieront 22 milliards de dollars d’actifs en 1998 1 ! Hélas, la crise asiatique et la banqueroute russe gâteront ces beaux édifices, notamment le plus culte d’entre eux, le fonds LTCMBrève histoire d’un désastre financier : LTCM

Le 31 août 1998, Wall Street chuta en séance de 6,8%. A l'exception des bons du Trésor, réputés sûrs et sans surprise, tous les marchés vacillèrent, cédant à la panique. Cette journée funeste achèva un mois d’août horrifique, qui avait débuté, le 4 août, par un plongeon du Dow Jones de 3,5%, rapidement suivi d'une réplique qui dégraissa l’indice phare d'un coquet surplus de 4,4%. Les mathématiciens du lendemain frémirent : la courbe en cloche, diapason boursier, donnait une chance sur 500 milliards qu'un tel triplé advînt le même mois. Le génie financier se mit à suer à grosses gouttes : LTCM, mâle alpha du risque maîtrisé, vacilla, avant de tomber tout à fait peu après (…)

qui faillit ruiner le système bancaire international. Qu’importe : la brièveté de la mémoire financière, chère à John Galbraith, comme l’irrépressible fascination du gain, avaient subjugué les golden boys, prompts à croiser le fer et pressés d'en découdre ; l’abondance de liquidités fit le reste : à partir des années 1995, les hedge funds fleurirent. Près de 9.000 s’activent aujourd’hui à hedger (couvrir) quelque 1.300 milliards de dollars
2.

 

En vérité, les investisseurs institutionnels, c'est-à-dire les banques, assureurs, fonds de pension et autres professionnels de la finance, non dénués eux-mêmes de moyens d'agir, n’éprouvèrent pas subitement un vif sentiment d’inquiétude, qui eût justifié un désir tout aussi pressant de se couvrir. Les rendements à deux chiffres firent leur effet, et corrompirent la nature des « hedge funds », littéralement « fonds de couverture », qui se muèrent en machines à cash. On en vint alors à parler de « fonds alternatif », de « fonds d’arbitrage », de « gestion absolue », de tout qui pût flatter l'art financier et obscurcir l'action. Aujourd'hui, rien ne définit mieux les hedge funds que l'exotisme pénétrant de leurs domiciliations : 80% d'entre eux sont enregistrés aux îles CaïmansPirates des Caraïbes

Îles Caïmans, Montserrat, Antigua, Saint-Kitts, Grenadines, Bermudes, d’autres encore qu’on lasserait à toutes citer, voici ces terres sous le vent, entourées d’écueils et de bas-fonds, secouées par les trombes et les ouragans, jadis infestées par les flibustiers qui y recelaient ce qu’ils surprenaient du bien d’autrui. Plus au nord, Jersey, Guernesey, Man, ailleurs Malte, Gibraltar, Chypre, Macao ... L’ex-empire britannique ne manque pas de rejetons dont le sang ne saurait mentir, dans la liste des eldorados fiscaux, accoutumés comme la mère-patrie à ne se contraindre pour rien, convertis à la hourra-déréglementation : de telles poches non coopératives sévissent et prospèrent à grande échelle (…)

3 un caillou caribéen de 262 km2, sous tutelle britannique, à la législation libérale (pas d’impôt direct, secret bancaire absolu) où nichent quelque 30.000 établissements dont 544 banques et 350 sociétés d’assurance 4 ; 45 à 65% des fonds éliraient de prime la charmante opacité de cet éden fiscal 5 ... Point de laminoirs ni de hauts-fourneaux en ces lieux, comme on se doute. Point d'angélisme non plus : les sibyllins hedge funds, électrons libres de la finance, généralement off-shore, ont abjuré. Leur nouveau credo est celui de la quête absolue du gain. Dans la plus pure tradition de la spéculation et du lucre.

Alors, la magie financière entre en jeu, qui innove sans cesse : les marchés excellent à couper un risque, une dette, ou les deux, en tranches, en rondelles, en cubes, puis à le redistribuer, à l’échanger, à l’infini, jusqu’à la nausée, où nul ne distingue plus ce qu’il a acheté, ni vendu, ni risqué. On dérive, on titrise, on fait circuler. Les stratégies d’investissement sont sans limites, innombrables, défiant l’entendement commun et les règles prudentielles des nations. Ventes à découvert (positions longues/courtes), arbitrages de prix, de volatilité sur toute sorte d’actifs, obligations convertibles, taux, matières premières, monnaies, dérivés, titres en détresse, etc. Surtout, on mise gros, on s’endette massivement ; les banques elles-mêmes sont de la partie, sur tous les fronts, qui ne manquent jamais de se tirer une balle dans le pied, prêtant en même temps qu'elles investissent, ou, mystifiées, récupérant leurs propres mistigrisABS, CDO et consorts

Les crédits hypothécaires, aussitôt accordés, aussitôt titrisés mirent le feu aux poudres quand l’immobilier américain s’effondra. Jusqu’alors, la magie jouait à plein : les créances subprimes, pipées de fait sur le dos d’emprunteurs insolvables offraient des taux de grande conséquence à une cavalcade d'investisseurs peu regardants, mieux étreints par les rentabilités élevées que par les réalités sociales. Ainsi, alléchés par le juteux des rendements, vit-on au comble, des banquiers récupérer sous forme d’investissement les prêts qu’ils avaient pu eux-mêmes consentir, distillés dans leur propre alambic financier, quoique à l'acide. Le mistigri ne manqua pas de leur revenir comme un boomerang (…)

transformés dans l'alambic financier ! Ainsi, à l’automne 1998, quand l'aventure LTCM s'acheva, Merrill Lynch provisionnera 1,4 milliards de dollars
6, l’Union des Banques Suisses, un milliard de francs suisses. A la même époque, JP Morgan, banque d’affaires qui fut également de la revue, réunit quelques-uns de ses dirigeants à Boca Raton, en Floride : ils y enfantèrent les dérivés de crédit, un instrument financier dont les hedge funds raffolent 7. A l'usage des initiés seulement.

Anecdotique en 2001, le marché des dérivés de crédit, « ces armes financières de destruction massive » selon Warren Buffet
8, n'a pas tardé à prospérer : 5.000 milliards de dollars en 2004, puis près de 26.000 milliards à l'été 2006 9 ! L'électricien EnronTake the money Enron

(…) « Nous jugeons que la période actuelle offre une opportunité très rare d'acheter les actions d'une firme qui demeure extrêmement bien positionnée pour croître à un rythme substantiel. Nous sommes sûrs que les on-dit négatifs autour de l'a compagnie sont faux, non fondés sur des éléments concrets (...) Nous estimons que les cours actuels intègrent les pires craintes des investisseurs ». Cette apologie titrée « Still the best of the best », rendue publique le 9 octobre 2001, fut l'édifiante contribution de la banque Goldman Sachs à la gloire de la société Enron, deux mois avant sa chute. Arthur Andersen, qui expertisait les comptes, n'avait rien trouvé à y redire (…)

notamment en fit un usage abusif, et on loua la vista de ses dirigeants, puis quelques cellules avec barreaux, la déconfiture venue. Ces chiffres sont outrés. Dans le monde de la finance, l'excès commande : le volume quotidien sur les produits dérivés approcherait les 6.000 milliards de dollars, celui des transactions sur les marchés des changes pourrait franchir cette année la barre des 3.000 milliards de dollars par jour
10 ! Jamais le système financier mondial n’a autant fourmillé d'investisseurs opaques, hedge funds en tête, qui se multiplient. D'août 2005 à août 2006, quelque 1900 ont vu le jour. Les plus gourmands se sont mis à l’activisme, jusqu’à dicter leur agenda aux sociétés au capital dispersé (Atticus Capital, TCI par exemple avortèrent l'union des bourses européennes, Centaurus contraignit le distributeur néerlandais Ahold 11), d’autres sont à franchir la ligne rouge, comme le très huppé SAC Capital Management, accusé par l’assureur canadien Fairfax Financial de racket boursier, qui lui réclame 5 milliards de dollars 12. D’autres enfin ont fermé boutique : 575 environ l’an passé. On dérape, on banqueroute. On se presse de recommencer.

Quelques stars vacillèrent, comme Citadel ou Richie Capital, quand l'ouragan Katrina navra les installations pétrogazières du golfe du Mexique en 2005. D’autres, qu’on peinerait à tous citer, comme BeaconHill, Ospraie Management, MotherRock, GothanPartners, …, ont sombré. Amaranth Advisors, en octobre 2006, rafla la mise en escamotant quelque 6 milliards de dollars, mieux que LTCM, renfloué d’à peine 3,6 milliards de dollars ! Des pertes sans précédent, en attendant pire. « Si la faillite d'Amaranth s'est relativement bien passée, nous ne devons pas en conclure que le choc sera aussi doux la prochaine fois - et il y aura, bien sûr, une prochaine fois. Si nous connaissons une nouvelle crise financière dans les années à venir, on y verra certainement quelques hedge funds au centre ou pas très loin », prévint sir John Gieve, vice-gouverneur de la Banque d'Angleterre
13. Henry Paulson, secrétaire américain au Trésor, prônerait une transparence accrue ; la SEC - Securities and Exchange Commission 14 prévoirait d’enquêter sur les liens entre les « hedge funds » et les banques. Enfin, à l'automne, Angela Merkel assura que son pays ferait de la régulation de ces fonds un thème de sa présidence du G8 en 2007 15 . Tant mieux. Pourtant, il y a fort à parier que la prégnance des lobbies financiers finira par reléguer ces incantations à la place qu'ils leur réservent : l'arrière-plan. Jusqu'à l'accident.

Les partisans de l'efficience suggèrent de ne rien faire, comme d'habitude : honnies soient les règles, vive les Iles Caïmans ! On peut toujours rêver. Dans le cybermonde des hedge funds, celui des dérivés de crédit et de la flibuste financière, la catastrophe est elle-même objet de profit. On attend donc celle du mâle alpha.     

  
 

 

(1) Daniel Capocci - « Introduction aux Hedge Funds »
(2) http://www.deutschebank.be/fr/pdf/Dossiers-rendement-absolu.pdf
(3) Le Nouvel Economiste - N°1362 - Du 19 au 25 octobre 2006
(4) Quid 2006
(5) Alternatives Economiques - N°252 - Octobre 2006
(6) Roger Lowenstein - « When Genius Failed : The Rise and Fall of LTCM »
(7) Le Monde Diplomatique, Octobre 2006 - « Une Economie d'Apprentis Sorciers »
(8) Le Figaro, le 03/10/2006
(9) Swaps de Crédit - Les Echos, le 02/10/2006
(10) Reuters, le 08/01/2007
(11) Les Echos, le 04/12/2006 et le 06/01/2007
(12) Le Monde, le 07/11/2006
(13) Le Times, le 17/10/2006
(14) La Securities and Exchange Commission (SEC) est le gendarme de la Bourse aux Etats-Unis
(15) Les Echos, le 28/11/2006


Illustration : Georges Soros

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Aragon - dans Le sérail
commenter cet article

commentaires

de tondje 12/11/2007 17:23

BonjourJ ai vu sur s boursorama ce post.. qu 'en pensez vou?40 000 milliards de pertes .. est ce réaliste?Accueil Forum | Forum CAC 40     De C8167978 (Bob)   Boursomarquer C8167978 Ignorer C8167978 Recommander ce message  20   On vous ment et on me censure (5)    08:48 12/11/07 la crise du credit est bien plus grave que la simple depreciation des subprimes.Les subprimes representent environ 1 200 milliards de $. La plus grande grande partie est logée dans les portefeuilles des fonds de pension, des compagnies d'assurances, des hedge funds, des fonds classiques etc etc. Ceci on n'en entendra quasiment plus parlé, les pertes etant noyées dans des portefeuilles bien plus importants. Mais vous devriez vous posez une petite question. Pourquoi, puisque la titrisation a été inventée pour sortir des bilans des banques les crédits qu'elles accordent, les banques accusent de très lourdes pertes sur ces credits qui sont censés etre sortis de leur bilan? Pourquoi, puisque, ces prêts hypothecaires ne devaient plus etre dans le portefeuille des banques, la crise immobiliere americaine fragilisent à ce point les banques? Pourquoi les pertes annoncées des banques americaines sont de plusieurs dizaine de milliards de $ alors que la perte globale estimée sur les subprimes est de l'ordre de 150 -200 milliards de$ et que cette perte devait etre diffusée, eclatée en tout petits morceaux sur la planete entiere?Et bien pour 2 raisons :1) les banques ont gardés une part non negligeable de ces creances titrisées. Elles en ont même racheté sur le marché pour réaliser des marges "faciles". 2) il n'y a pas que ça comme problème : -il y a apres les subprimes les autres créances hypothecaires (environ 12 000 milliards de $) dont les Alt A et les ARM dont vous allez bientot entendre parler. - la crise immobiliere aux USA est bien plus profonde que prévue. Pas d'acheteurs (plus de credits) beaucoup de vendeurs suite aux nombreuses saisies. Les stocks sont enormes et le marché est paralisé. Les prix vont fatalement continuer à s'écrouler si bien qu'on a du mal a imaginer une issue rapide à cette crise.-Mais il y des tas d'autres titrisations (ABS, CDO, CLO etc etc). Titrisation de cartes de credit, de pret à la conso, de credits auto, de financement de LBO, de junk, de creance EDF (et oui) de recettes futures d'impots (on ne reve pas) etc etc. La finance est tres ingenueuse, vous n'avez pas idée. Le montant globale est de l'ordre de 40 000 milliards de $- les pertes atteignent pour le moment sur l'ensemble des ABS des montants qui dépassent l'entendement : plusieurs milliers de milliards de $ à se partager.- le marché de la titrisation est completement bloqué,. Une source importante de revenus est tarie pour les banques. Un credit crunch se met en place ce qui est gravissime pour l'economie. (moins de credit donc moins d'investissements et aux USA moins de consommation)Ce phénomene est equivalent à une forte hausse des taux qui fait plus qu'annuler les baisses des taux de la FED.Reporter un abus  Sauvegarder ce message     Message suivant     (20)  On vous ment et on me censure (5) C8167978 (Bob)   08:48 12/11/07                On vous ment et on me censure (5) C8167978 (Bob)   09:12 12/11/07                merci d'insister bob ! M7802712 (Sash)  - 09:17 12/11/07                merci d'insister bob ! C8167978 (Bob)   09:30 12/11/07 merci.                Reco de chez Reco M9667898 ()  - 09:34 12/11/07                750 000 mds rie, qu en obligation f.guig (pink-flamingoes.com)  - 09:37 12/11/07 et 35% de cette somme en action et on coule? tout detrape ? pour moi ce n est qu une goutte d eau on corrige c est tout comme de temps en temps...                Salut Bob th.trade (th.trade)   09:39 12/11/07                merci d'insister bob ! occ (EUROFRANC OCC)  - 09:39 12/11/07                Salut Thierry C8167978 (Bob)   09:47 12/11/07                reco nmazet1 ( jamesbond)  - 09:49 12/11/07                reco et message sauvegardé. cdidier2 (Pénélope)  - 09:51 12/11/07               (5)  bob, occ, lisez ceci denissto (don quichotte)   09:51 12/11/07 une réponse de laloss, sans doute un des meilleurs sur la crise du crédit sur ce forum: De laloss (laloss) Boursomarquer laloss Ignorer laloss R...                reco Denis et merci cdidier2 (Pénélope)  - 09:57 12/11/07               (1)  bob, occ, lisez ceci C8167978 (Bob)   09:57 12/11/07 1) laloss confond dérivés (CDS..) et titrisation (ABS) 2) les banques sont en risque sur les Hedge funds à 3 niveaux (elles gerent les plus gros...                chut ..faut pas le dire r.charl3 (morituri te salutant)  - 09:57 12/11/07                recco et merci black_op (black_op)  - 10:21 12/11/07                true ; reco of course srecher (Intuit)  - 10:25 12/11/07                que de milliards... Bob, tu n'en aurais bij69 (bij69)  - 10:26 12/11/07 pas un petit pour moi ?                l'Asie commence à s'en inquiéter d'aill roussin1 (emmanuel roussin)   10:29 12/11/07 eurs et la température baisse                l'Asie commence à s'en inquiéter d'aill C8167978 (Bob)   11:09 12/11/07                J'oubliais C8167978 (Bob)   11:53 12/11/07 Plus les ABS baissent, plus les banques font des pertes, plus leur fonds propres baissent et plus elles sont obligées de vendre (un peu comme un spécu...                n'oubliez jamais !! C8167978 (Bob)   12:04 12/11/07                censurer la vérité ne changera rien C8167978 (Bob)   13:29 12/11/07 même si la vérité ne fait pas plaisir, la vérité est la réalité                Tiens la Deutsche bank parle de 700 Md C8167978 (Bob)   13:49 12/11/07 de $ de pertes liées aux subprimes (bloomberg), jusqu'à présent on parlait seulement de 150 à 200 md$ pas de panique pour Noêl on sera à plus de 2 0...                Tiens E trade presque en faillite C8167978 (Bob)   15:43 12/11/07 source citi (j'exagere 15 % de chance) c'est bizarre, pour quelle raison ?                on vous ment C8167978 (Bob)   15:48 12/11/07 le père noël n'existe pas (sources sures)                Reco et upissime M1590388 ()  - 15:48 12/11/07                reco et up fnicolai (Stop Chorus)  - 15:54 12/11/07                merci le belge ! topbear (Bouillie de Bullot)  - 15:55 12/11/07                A chacun sa "vérité"... bij69 (bij69)  - 16:09 12/11/07                reco bob epsylon8 (epsylon8)  - 16:12 12/11/07                Tiens E trade presque en faillite M9667898 ()  - 16:13 12/11/07 Sûrement leur investissement sur l'or qui ont mal tournés... (Parce que mis à part la relique barbare... tout monte sans arrêt...il paraît)  Retour au forum--------------------------------------------------------------------------------Pour poster un message dans le forum vous devez être membre Boursorama.Cliquez ici pour vous connecter ou devenir membre. Les sujets :    Sujet principal qui se limite à son titre.    Sujet principal possédant un titre et un contenu.    Sujet principal faisant l'objet d'au moins une réponse.    Sujet comportant des commentaires sur un article. Les réponses aux sujets :    Réponse ne possédant pas de contenu.    Réponse possédant un titre et un contenu.     Les autres icônes : Reco    Nombre de recommandations sur ce sujet ou ce message.    Membre BoursoStar 3 étoiles    Membre BoursoStar 2 étoiles    Membre BoursoStar 1 étoile    Membre BoursoStar       Ma liste Dernières valeursListe 1Liste 2Liste 3Liste 4Liste 5  GDF Créez votre liste de  SUEZ valeurs, c'est gratuit !     Articles les plus lus depuis 2 heures -  France: l'Insee réécrit la courbe du chômage, en baisse depuis début 2006 -  Salon de Dubaï : Airbus remporte un nouveau succès et parle d'"année record" -  Wall Street ouvre en baisse, la finance incite à la prudence -  Régimes spéciaux: la direction de la RATP prévoit un métro sur dix et presque aucun train sur les RER A et BPALMARÈS SICAV / FCP   Classe d'actifs :  Sélectionnez ActionsConvertiblesGarantis ActionsGestion AlternativeImmobilier - PierreMixtesMonétaireNon définis/Non classésOblig.Produits Dérives  Perf. depuis :   1er janv. 1 mois 3 mois 6 mois 1 an 2 ans 3 ans 5 ans 10 ans    Libellé Perf.1janv Rang   Saint Honore Chinagora N +113.39% 1/17  Saint Honore Chinagora +97.25% 1/1  Schroder ISF China Opp A... +91.50% 2/17  Robeco Chinese Equities ... +91.21% 3/17  Baring Hong Kong China $ +88.96% 1/26  Saint Honore Chine +80.25% 4/17  INVESCO PRC Eq A +79.12% 6/17  Fructilux MS China Equit... +77.01% 7/17  JF China A (D)-USD +75.82% 8/17  SGAM Fund Eq China A +74.75% 2/26  TOP 5 CONSULTATIONS VALEURS NESTLE N  |  BOUYGUES  |  FRANCE TELECOM  |  CAP GEMINI  |  NEXANS Sondages  L'UFC-Que Choisir réclame une taxe exceptionnelle sur les profits des compagnies pétrolières afin d'investir dans le développement durable (énergie renouvelable, fret ferroviaire etc.) :   Excellente idée! Ces profits sont indécents dans le contexte actuel et ne servent pas la collectivité.   Le principe n'est pas idéal mais la proposition, au vu de l'ampleur des profits de Total, doit être étudiée.   Totalement démagogique! Va t-on enfin arrêter de s'en prendre aux entreprises qui gagnent de l'argent?          Banque | Bourse | Épargne | SICAV | Assurance Vie | Crédits | Vos projets | Affiliation    Site du Groupe - Copyright © 2007 BOURSORAMA - Contactez-nous - Les Risques en Bourse Bourses de Paris, Bruxelles, et Amsterdam, indices Euronext et Zürich en temps réel. Indice Francfort en différé 15 minutes. Cours différés d’au moins 15 mn (Nasdaq, Francfort, Londres, Madrid, Toronto), 20 mn (NYSE, AMEX, Milan) ou 30 mn (Zürich, NYMEX). Conditions Générales - - Source vwd group, Fininfo, Consultez notre avertissement légal Boursorama Banque   Site garanti VeriSign SSL pour la sécurité et la confidentialité des communications  Boursorama banque est certifié AFAQ WEBCERT® pour ses activités " transactions boursières en ligne et placements en contrats Boursorama Vie ".       

Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...