Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 21:36
 
 
Quiconque acheta le Dow Jones ce 3 septembre 1929, fut mal inspiré. L’indice, qui avait pris congé du réel de longue date, culmina ce jour-là en séance à 386,10 points, propulsé par la fascination qu’exerçait déjà la grande opinion financière sur la multitude : économistes et experts cautionnaient la hausse, analystes et banquiers rameutaient le ban, et nul n’imaginait qu’un génie si partagé pût faillir. Ce qui advint est assez dans toutes les bouches : le désastre emporta tout. A l’aube des années 1950, Wall Street n’avait regagné que les deux tiers du terrain perdu, malgré les invites de blue chips qui payaient des dividendes au triple d’un compte épargne 1 Las, rien n’y faisait : le frisson spéculatif effarouchait encore et le client était rare. Et la défiance était grande, car si les mauvais exemples venaient de partout, l’abomination venait bien d’en haut : Richard Whitney, diva du bel canto d’avant krach, président de la Bourse de New York, avait séjourné trois années à Sing Sing. Motif : vol qualifié 2. On s’en souvenait. De sorte qu’en cet après-guerre, la Bourse semblait hors-jeu. L’apnée allait bientôt prendre fin : le 24 novembre 1954, vingt-cinq années après la catastrophe, Wall Street retrouvait le sourire et le niveau qu’on a dit.
 
A cette époque, la gestion d’un portefeuille n’était pas l’essentiel dans l’investissement boursier. Journaux et magazines délibéraient sur le choix d’actions ou d’obligations, dans la plus pure tradition du fait vendeur. On y publiait toutes sortes de ficelles pour cibler les meilleurs titres, renifler les vents porteurs comme la mauvaise houle, et les conseils « maison » ne manquaient pas, qui assuraient qu’on serait moins plumé. Du risque d’ensemble, il était peu question. John Keynes 3 lui-même, qui géra les dotations du Kings College de Cambridge et les avoirs d’un assureur britannique, considérait que la diversification était une idée fâcheuse, et que l’on pouvait bien mettre tous ses œufs dans un même panier pourvu qu’il fût solide. « Supposer que faire passer la sécurité en premier consiste à détenir de petites quantités de nombreuses sociétés que je ne peux pas juger précisément faute d’informations, plutôt qu’une grosse part d’une entreprise sur laquelle je possède des informations précises, me semble être une parodie de politique d’investissement » 4. Cette opinion courait, faisant écho aux lois de puissance de Vilfredo Pareto - 20% des causes produisent 80% des effets. Le secteur allait bientôt vivre sa révolution copernicienne. Et tresser un grand nombre de lauriers NobelLa controverse Nobel

Le choix des lauréats Nobel de l’année 2004, section Economie, fut la goutte qui fit déborder le vase : l’américain Edward Prescott et le norvégien Finn Kydland obtinrent le prix pour un article de 1977, dans lequel ils avaient savamment établi, mathématiques dures à l'appui, que les Banques Centrales doivent de toute force échapper à la pression des élus. Un pur bijou du bel canto néoclassique ! L'ultralibéralisme y gagnait un supplément d'âme, et les écomathématiciens, un surplus d'empire sur les élites dirigeantes. La finance endimanchée, jamais en reste de baliser son pré carré, salua aussi, Banque de Suède en tête. D’aucuns, épris de scientificité, se crispèrent, et le firent savoir (…)

dont on finirait par s’alarmer qu’ils fleurissent mieux les colonnes corinthiennes de Wall Street que les théories économiques.
 
En mars 1952, le Journal of Finance publia un article de quatorze pages, « Portfolio Selection », qui fera la gloire d’un doctorant de Chicago, Harry Markowitz : dix ans plus tard, cet apport deviendra la théorie moderne du portefeuille. L’idée force de Markowitz fut de lier la rentabilité au risque pour isoler à chaque fois un portefeuille optimal, le plus adapté aux vues de l'investisseur, selon que celui-ci viserait un rendement maximal pour un risque donné, ou un risque minimal pour une rentabilité donnée. Le problème était la mesure : chaque étape de l'analyse ajoutait à la confusion. Il fallait d’abord imaginer les dividendes à venir des entreprises, puis conjecturer que les rendements passés auguraient de la volatilité future, enfin, calculer l’influence conjointe de chaque titre sur tous les autres. Mais les moyens informatiques de l’époque étaient courts pour jouer la partition. James Tobin l’affina en 1958, William Sharpe la simplifia en 1963, introduisant la normalité des dynamiques boursièresLe 21 octobre 1929 commença la fin : le lundi qui suivit, le Dow Jones perdit 13%, le lendemain 12% à nouveau, dans un désordre indescriptible, préludant une crise au long cours de l'économie américaine. On croyait avoir tout vu ; pourtant, le 19 octobre 1987, le Dow Jones fera mieux encore, c’est-à-dire pire, qui dévissera de 22,6% en une seule journée … que Paul Samuelson avait exhumée en 1956, et dont Myron Scholes et Robert Merton feraient une formule magique en 1967. Toute cette lignée sera nobélisée, Markowitz compris. Pouvait-on mieux vaincre l’image désastreuse de casino que colportaient les Bourses depuis 1929 ? Le 31 décembre 1959, le Dow Jones clôturait la décennie sur une progression annuelle de 13%, hors dividendes 5.
 
Mais cette intrusion massive de l’Université ne signifiait pas la fin des vicissitudes, et l’avenir ne tarderait pas à déconstruire quelques-uns de ces beaux édifices. On avait oublié qu’un tel engouement pour les hommes de savoir s’était déjà produit, avant le krach des krachs. Citons John Galbraith : « En 1929 (…) posséder un économiste bien à soi était l’une des possibilités et, comme les mois passaient, on assista à une concurrence effrénée pour enrôler les hommes qui possédaient la réputation et les capacités adéquates. Ce fut l’âge d’or des professeurs » 6. Le plus réputé d’entre eux, Irving Fisher, de Yale, s’assura une réputation éternelle en jurant peu avant le désastre : « Les cours des actions ont atteint ce qui semble devoir être un haut plateau permanent ». Plus récemment, d’autres ont fait autant pour leur renommée future, notamment Myron Scholes et Robert Merton déjà cités, professeurs éminents 7 qui conseillaient le fonds LTCM,Brève histoire d’un désastre financier : LTCM

Le 31 août 1998, Wall Street chuta en séance de 6,8%. A l'exception des bons du Trésor, réputés sûrs et sans surprise, tous les marchés vacillèrent, cédant à la panique. Cette journée funeste achèva un mois d’août horrifique, qui avait débuté, le 4 août, par un plongeon du Dow Jones de 3,5%, rapidement suivi d'une réplique qui dégraissa l’indice phare d'un coquet surplus de 4,4%. Les mathématiciens du lendemain frémirent : la courbe en cloche, diapason boursier, donnait une chance sur 500 milliards qu'un tel triplé advînt le même mois. Le génie financier se mit à suer à grosses gouttes : LTCM, mâle alpha du risque maîtrisé, vacilla, avant de tomber tout à fait peu après (…)

 le plus fameux des terres habitées, lorsque celui-ci faillit à l’automne 1998, au grand dam de la mondofinance. Ainsi la science du risque fut-elle toujours déjouée par les faits qui dominent le réel. Les économistes ont l’outrance mathématique chevillée au corps. Et la tête ailleurs, au pays des merveilles,
créateurs d’univers enchantés dont ils ne donnent aucune raison de penser qu’ils ont existé ou existeront un jour. Cet éloignement dit le tout.
 
Voici donc cet homo oeconomicus, otage de la Faculté et de croyances qui l’hypnotisent comme le serpent fascine la proie : il a lu Markovitz, connaît sa théorie du portefeuille, optimise le sien en estimant des risques et des rentabilités dans un monde « prévisible » ; il anticipe les taux que les banquiers centraux ignorent encore, avec lesquels il actualise les bénéfices futurs que les entrepreneurs sont eux-mêmes à supputer : surtout, il aime être précis, si possible deux chiffres après la virgule. Il ne changera pas d’avis avant qu’une nouvelle théorie émerge, assez dotée de formules et de graphiques pour être prise au sérieux. « Les individus ne sont pas parfaitement flexibles. Ils hiérarchisent leurs croyances et ne remettent en cause celles auxquelles ils tiennent le plus que contraints et forcés. La foi en la convention amoindrit l'esprit critique. Elle conduit à négliger les anomalies et à s'en remettre à la sagesse du marché "qui sait mieux que tout le monde" » 8. Ainsi le marché est-il son propre nombril : les opérateurs, rivés sur leurs écrans multicolores, recherchent en permanence un prix en tentant de « voler le départ », moins étreints par l’estimation du risque et des rentabilités que par le gain qu’ils retireront d’avoir mieux devancé les mouvements de la foule. Un prix émerge, qui fait foi : la spéculation, persona non grataLes vives variations des prix boursiers heurtent le bon sens : des entreprises sont portées au pinacle, clouées au pilori, parfois sans raison apparente, au gré d'errances désordonnées qui défient assez l’entendement commun et nous surprennent toujours …, mène les marchés. Elle ne figure dans aucun manuel.
 
« Rejeter les crises financières en étant convaincu qu’il ne peut y avoir ni spéculation, ni catastrophe, car cela supposerait l’irrationalité, revient à ignorer la réalité pour le bien de la théorie » 9. Plaise donc aux économistes de s’en souvenir mieux dans leurs mémoires. Et aux commentateurs, analystes, et autres faiseurs d’opinion, de moins s’échiner en explications oiseuses et convenues, tricotant aussi bien l’endroit que l’envers à chaque pulsation des Marchés. Lesquels sont imprévisibles.
 
  

 

(1) Peter Bernstein - (1995) - « Des Idées Capitales »

(2) John Galbraith - (1992) - « Brève Histoire de l'Euphorie Financière »

(3) John Maynard Keynes (1883-1946) 

(4) http://www.msh-paris.fr/la_recherche/prog_sci/prog_thematiques/docs_finance/cahier_JPMAM1.pdf 

 

Le modèle linéaire dans la gestion des portefeuilles
Les Cahiers de JP Morgan sur l'histoire de la gestion d'actifs
 

 

(5) Le Dow Jones clôtura à 200,52 le 30/12/1949 et à 679,36 points le 31/12/1959
(6) John Galbraith - (1989) - « La Crise Economique de 1929 »
(7) Myron Scholes (Stanford) - Robert Merton (MIT et Harvard)
(8) André Orléan - (2005) - « Le Pouvoir de la Finance »
(9) Charles Kindleberger - (1978) - « Histoire Mondiale de la Spéculation Financière »



 
Illustration : Professeur professant  
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Aragon - dans Historiographie
commenter cet article

commentaires

Nostra 12/04/2007 16:02

Tous ces articles sont difficilement réfutables (de mon point de vue,en tout cas).Simplement on peut s'étonner que ce gigantesque chateau de cartes qu'est la finance mondiale actuelle tienne toujours debout.
Nul ne peut prédire le jour de l'effondrement inévitable.

penser…à 04/04/2007 23:05

toujours aussi dur
toujours aussi juste
toujours aussi drôle
toujours aussi vrai
toujours un plaisir de te lire
penser…à ;)

Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...