Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 23:13
 
 
     
bernanke2-copie-5.jpgCôté cour, des équations, longues comme un jour sans pain, qui s’échinent à décrire des mondes enchantés où l’homme figure à peine, esquissé au crayon et dans la marge ; côté jardin, la haute finance, appliquée, consentante jusqu’au dernier transport, qui excelle dans l’art d'animer les équations qu’on a dites, c’est-à-dire d’y trouver le prétexte à sa quête incessante du gain. Ainsi irait le Marché, dit-on, univers de papier, empli d'évidences, mené par une mathématique bienveillante ! Hélas, voilà qu'en son épicentre étasunien, une affaire envenime toutes les autres : autocatalysée par la flambée de l'immobilier, la titrisation à outrance     - ABS, CDO et consorts -
──────────────────────────
(…) Les crédits hypothécaires, aussitôt accordés, aussitôt titrisés mirent le feu aux poudres quand l’immobilier américain s’effondra. Les créances subprimes, consenties à des ménages insolvables offraient des taux de grande conséquence à une cavalcade d'investisseurs peu regardants, mieux étreints par les rentabilités princières que par les réalités sociales. Ainsi, alléchés par le juteux des rendements, vit-on au comble, des banquiers récupérer sous forme d’investissement les prêts qu’ils avaient pu eux-mêmes consentir, distillés dans leur propre alambic financier, quoique à l'acide. Le mistigri ne manqua pas de leur revenir comme un boomerang : on se mit à déprécier des actifs (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 22/07/2008 -

de prêts à l'accession au logement, mal garantis, jusqu'à très en-deçà même des facultés de remboursement d'emprunteurs quasi-insolvables, est à l'article de dégénèrer, et menace d'empoisonner partout à l'entour. Ces crédits hypothécaires, attribués sans vergogne à des familles sous la ligne de flottaison - subprimes, laissent pressentir un armaggedon socio-financier. Quelques centaines de milliers de ménages américains, pour ne point les citer tous, sont au tapis.

Le scénario était cousu de fil blanc : la Fed, gardienne du temple, jura d’abord que le problème était sous contrôle. Mi-juin, son mentor, Ben Bernanke, déclara « qu'il n'y avait pas de signes de contagion importante de la crise du logement à d'autres secteurs de l'économie américaine » 1. Mi-juillet, le même concéda que « la croissance américaine devrait rester modérée d'ici à la fin de l'année en raison du ralentissement immobilier, qui devrait continuer à peser sur l'économie » 2. Enfin il chiffra l’aléa : « Certains estiment que ces pertes s'élèvent entre 50 et 100 milliards de dollars » 3. C’est peu dire qu'il faut craindre davantage, hors les faux-frais, c’est-à-dire l’impact humain qui, aux Etats-Unis est l’affaire de chacun et compte pour rien. N'importe: des subprime, le Marché ne retiendra que les pertes des banques, les faillites des fonds empêtrés dans les gluaux de l'ingénierie de la dette  - Les alchimistes de la dette -
──────────────────────────
(...) L’innovation financière tourne toujours autour de l’endettement et des formes dont le génie humain le nantit pour étancher expressément sa soif de capitaux. Qu’il s’agisse de papier-monnaie, garanti par des pouvoirs volages ou des richesses présumées, d’options sur l'avenir, de montages siphonnant l’épargne, de titres étranges aux rendements impossibles, empaquetés, titrisés, l’ingénierie de l’argent n’est jamais chiche de capitaliser son insatiété. La dette qui en résulte ne manque pas d'ouailles, parfois de simples gogos, anonymes sans visage, pour être redistribuée à l'envi. L’Histoire dévide cependant le fil de la ruine pathétique qui scella toujours ces meccanos alambiqués (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 07/05/2007 -

, puis louera l’acuité de quelques-uns qui auront prospéré en tirant parti de la ruine de tous les autres. Les rebuts sont inhérents au système, comme la sciure l’est au bois : seul le résultat compte, ici un meuble Empire et là un modèle économique, pour ne pas dire social. Qui tombe meurt 4. Walker Bush jugea l’économie du pays vigoureuse. Henry Paulson admit que l'Union pourrrait légèrement pâtir de la crise. Chacun dans son rôle, méjugeant des statistiques communément tenues pour mauvaises.

Souvenons-nous d’Enron, qui éleva avec constance le mensonge au rang de méthode de gestion, à l'égal d'un art de vivre. La faillite mit du temps à dégorger le passif, pointer les salaires et retraites dévastés, les pertes collatérales des complices, mais aussi à citer la haute finance qui cautionna cette cavalerie. A commencer par Goldman Sachs, banque d’affaires réputée de Wall Street, alors aux mains d'Henry Paulson, qui se couvrit de ridicule en célébrant encore l'électricien     - Take the money Enron -
──────────────────────────
(...) « Nous jugeons que la période actuelle offre une opportunité très rare d'acheter les actions d'une firme qui demeure extrêmement bien positionnée pour croître à un rythme substantiel. Nous sommes sûrs que les on-dit négatifs autour de l'a compagnie sont faux, non fondés sur des éléments concrets (...) Nous estimons que les cours actuels intègrent les pires craintes des investisseurs ». Cette apologie titrée « Still the best of the best », rendue publique le 9 octobre 2001, fut l'édifiante contribution de la banque Goldman Sachs à la gloire de la société Enron, deux mois avant sa chute. Arthur Andersen, qui expertisait les comptes, n'avait rien trouvé à y redire (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 17/08/2006 -

 peu avant sa chute. La brièveté de la mémoire financière permet aux mêmes de demeurer à la Une, et d’y renouveler leur commerce avec une égale crédibilité. Le serpent fascine la proie. Alors rien ne surprend moins que cette enquête de la SEC, le gendarme américain de la Bourse, qui soupçonne certains brokers américains, dont Goldman Sachs et Merrill Lynch d'avoir celé des pertes après avoir publié des semestriels flatteurs 5. Hé quoi, le Marché n’a d’yeux que pour ses fils prodiges, et d’oreilles que pour les bonnes nouvelles ! De ce côté-ci de l'océan, BNP Paribas, fleuron de la banque tricolore, afficha fin juillet de solides trimestriels, assurant sa faible exposition au subprime. Pourtant, dès le 10 août, l’établissement dut se résoudre à geler trois fonds
6
engagés dans le crédit à risque après avoir constaté une aggravation de l’illiquidité de certains segments de marché. Ce qui acheva de mettre le feu aux poudres.

Voyons les chiffres : Calyon, filiale du Crédit Agricole, jauge le fiasco du subprime à 150 milliards de dollars
7. D'autres, appliquant un taux de dépréciation de 10% sur les crédits accordés ces dernières années arrivent à un montant plus élevé, proche de 250 milliards de dollars 8. Le cabinet MacroMavens, sur d'autres bases, publia en juillet le chiffre de 352 milliards de dollars dans Barron’s 9. Enfin BNP Paribas estima le 24 août qu’il était trop tôt pour évaluer quoi que ce fût. Ainsi les banquiers, économistes et stratèges, cuirassés de savoir, peinent-ils à évaluer un risque qu’ils nous assurent pourtant sous tutelle. Un frisson nous gagne : la stabilité des marchés, considérée généralement comme le fruit d'une intelligence supérieure, d'une prudence avérée des acteurs et de leur grande acuité à distinguer les soubresauts macrofinanciers, ne relèverait-elle donc que d'un ballottement favorable des évènements ? Les accords prudentiels de Bâle, qui visent à assurer la sûreté du système bancaire mondial, ne seraient-ils qu’un piètre pare-feu face à la foudre d’une crise systémique en maraude ? Bah, hormis l'américaine Bear Stearns, l'australienne Macquarie, la britannique HSBC et les allemandes IKB et Sachsen, la crise du subprime n'affecte aucun autre groupe bancaire ! Que les Banques Centrales aient à abonder le marché interbancaire    - LIBOR : en avant toute ! -
──────────────────────────
(…) Distribanques à sec, cartes de crédit hors-jeu, factures impayées, contrats commerciaux au grabat, bref, rien ne va plus ! Particuliers et entreprises ne sauraient supporter tranquillement que leur commerce défaillît d’un manque de liquidités ! Pour éviter pareille thrombose, les banques organisent le drainage en s'échangeant des capitaux au jour le jour, à plus ou moins court terme et intérêt en contrepartie. Ainsi, ce marché interbancaire, étendu aux grandes devises de la planète, qui donne licence aux unes de prêter provisoirement aux autres les fonds qui leur font défaut, préserve-t-il la fluidité de l’économie. Bien sûr, il arrive que le système dérape quand la défiance devient généralisée (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 06/08/2012 -

à coup de milliards est secondaire : tout est sous contrôle.

Les Bourses ont quant à elles accusé le coup. Le 19 juillet dernier, le Dow Jones triomphait des 14.000 points, poursuivant un raid qui l’avait vu déborder les 13.000 points trois mois auparavant. On attendait qu’il s’attaquât aux 15.000 points. Alors, tout s'étiola, et l’indice se mit à dépérir, touchant un plus bas à 12.518 points le 15 août. Le CAC poussa les feux jusqu'à refluer de près de 15%, chutant de quelque mille points ! La volatilité secoua les marchés : le 08 août, une rumeur enfla selon laquelle un fonds subprime de Goldman Sachs serait en difficulté ; le Dow perdit 250 points, mais les reprit vite, en fin de séance, lorsque la rumeur fut éventée. Un mauvais geste, un mot de trop suffirait à dynamiter le tout. Alors, on se tourne vers Ben Bernanke, lui enjoignant qu’il sauve le système, pour ne pas parler des plus-values. On le presse de baisser le prime rate, au mépris des suites économiques et de la fonction d'une banque centrale qui est de s'assurer que les marchés fonctionnent, non d'intervenir pour soutenir le prix des actifs. Christopher Dodd, qui préside les Finances au Sénat, tranquillisa son monde, déclarant que Ben Bernanke serait prêt à utiliser « tous les outils à sa disposition » pour rassurer les Marchés          - Explicationnisme -
──────────────────────────
(…) Hé, ces sacrés Marchés ! Tantôt plombés, tantôt dopés, ils saluent ou sanctionnent, sont déçus, puis dégringolent ou s'enflamment, dans le sillage de Wall Street ou Tokyo. Les investisseurs sont inquiets, puis rassurés et à nouveau inquiets ; ils prennent leurs gains (jamais leurs pertes), ils achètent à bon compte (jamais à contresens), ils ancrent leurs positions ! Ah, braves soldats inconnus de la jaserie libérale, qui n'ont ni nom, ni adresse, ni boîte postale pour nous raconter ce qu'ils voient, ce qu'ils entendent, ce qu’ils arbitrent ! Voilà qui vaut bien tous les jeux de raquettes, et tous les discours filamenteux, bref, toutes les compromissions pour ne jamais déjuger le Marché. Ni le gripper (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 06/05/2009 -

. Du coup, Jean-Claude Trichet, qui dirige la BCE et envisage de hausser les taux européens passe-t-il pour un pestiféré. Les boursiers n’ont d’yeux que pour leur portefeuille !

Qui ose un pronostic court le risque de se tromper. Gageons cependant que la crise du subprime n’a pas fini de démêler son lacis : les places boursières, nettoyées de la spéculation, y gagneraient. « Un temps plus ou moins long est nécessaire aux investisseurs après une crise pour qu’ils récupèrent suffisamment de leurs pertes et désillusions et soient à nouveau tentés par l’aventure spéculative » 10. Dont acte.
  
 
    

   
(1) Les Echos, le 06/06/2007 - « Marché immobilier américain : Ben Bernanke prudent »
(2) Les Echos, le 19/07/2007 - « Les craintes sur l'immobilier américain secouent les marchés »
(3) Les Echos, le 20/07/2007 - « Les déclarations de Ben Bernanke n'inquiètent pas les marchés »
(4) François Mitterrand - « Lettre à tous les français »
(5) EasyBourse, le 10/08/2007 - « Subprime : les brokers soupçonnés de dissimulations de pertes »
(6) Les Echos, le 10/08/2007 - « BNP Paribas gèle trois fonds »
 
Il s'agit des fonds Parvest Dynamic ABS, BNP Paribas ABS Euribor et BNP Paribas ABS Eonia
 
(7) AFP, le 16/08/2007
(8) La Tribune, le 16/08/2007 - « Subprime et CDO : quel impact pour les banques ...»
(10) Charles Kindleberger (1978) – « Histoire Mondiale de la Spéculation Financière »
 

 
Illustration : La crise immobilière : image extraite du site  Blogizmo 
 
 

Partager cet article

Published by Marc Aragon - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Maruboz1 29/08/2007

Salut Marc,
Bravo et merci pour ce texte de grande qualité .
Je l' ai dit ce texte est de bein meilleure qualité que ce que l' on trouve dans nos feuilles de choux.
Et je m' étonne encore que ces textes ne soient pas encore dans un éditorial ...
 

Baltazar 10/09/2007

Excellent papier,comme à l'accoutumée.Vous me faites penser à un Voltaire de la finance,tant par la qualité de l'écriture que par l'ironie pertinente de vos analyses.Le Candide,dans cette affaire,ne serait-il pas l'investisseur lambda qui tend bien souvent une oreille bien trop complaisante aux conseils lénifiants de son intermédiaire boursier

gigi 26/01/2008

Les "subprimes" sont accusés de tous les maux. Ce n'est pas tant ce type de crédit qui est à blamer, c'est la façon dont les banques s'en sont débarassées vers le marché. Si elles avaient gardé le "bébé", certes, certaines auraient coulé, mais le système n'en serait pas à avoir les doutes actuel, en se demandant qui sera le prochain à sombrer !Car en somme, les montants en jeu sont extrêmement faible au regard de la capitalisation boursière... Qui pourrait croire qu'un battement d'aile de papillon puisse déclencher un cyclone ?

Pierre Pellerin 05/02/2010


Vos ananlyses sont très prisées
Dommage que vous vous soyez arrêté.

Un grand merci pour ces nombreuses heures derrière votre ordinateur passé à vouloir nous faire comprendre et à nous informer.
merci encore

Pierre


Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...