Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:43

Fat Cat BankersTim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées, et plus encore depuis la déconfiture de Lehman, hissèrent le grand pavois, et certaines hausses furent à l'aplomb : Citigroup flamba de 58% en une journée, JP Morgan, Merrill Lynch, Morgan Stanley reprirent 20% ! Les barons de Wall Street respiraient et leurs affaires avec, de ce surcroît de fortune. Quelques jours plus tard, Barack Obama nomma Paul Volcker, un vieux barbon, à la tête d’une équipe d'experts ès économie. Mal endimanché, mâchouillant de mauvais cigares, cet ancien président de la Fed s’était ouvert les portes de l’Histoire en vainquant l’inflation à deux chiffres des années 1980, mais fermé sitôt après celles de l’Administration quand la Reaganomics dérégula. La main invisibleLa main (in)visible

(…) Au sortir des années 1970, la crise de la dette du tiers-monde sévit, l’inflation galope, et les plus grandes banques fléchissent : en particulier la Continental Illinois, septième banque américaine de dépôt, acclamée par la presse, qui agonise ; l’administration Reagan, mieux connue pour sa fascination du Marché, sortira de sa Réserve près de 5 milliards de dollars, et remettra au pot pour désengluer une quarantaine d’établissements. L’aléa de moralité, garantie qui procède du secours miraculeux de l’Etat, prend ainsi souvent la forme d’injection d’argent public. Une politique monétaire expansionniste est une autre variante pour sortir des embarras financiers (…)

 du ministre Geithner renfloua d’abord les banqueroutiers ; puis, la patte lourde du conseiller Volcker s’abattit sur Wall Street, à l’ancienne, pour tenter d'arraisonner l’ultrafinance.   

 

L’intrication des milieux financiers et du pouvoir étasunien est une tradition vieille comme l’Amérique. Et nulle institution n’en fut plus, ni n’en demeure toujours au centre, que la banque d’affaires Goldman Sachs. Gelés par le Krach de 1929, jusqu’à l’indifférence 1, les liens fusionnels de Wall Street et de la Maison Blanche revinrent à la une avec Robert Rubin, un ancien coprésident de cet établissement. Devenu secrétaire au Trésor sous Clinton de 1995 à 1999, il fit abroger le Glass Steagall Act, vestige vermoulu qui avait séparé en 1933 les activités de dépôt et d’investissement des banques. Citigroup, le banquosaure ébranléBanquosaurus Rex

(…) Voici Citigroup, fille ainée d’un monde bancaire louant le Marché, garantissant l’efficience du guichet unique et la réduction des coûts à tous les étages de Park Avenue. Cet allegro propulsa le goliath à la première capitalisation mondiale, près de 300 milliards de dollars, et quelque 200 millions de clients sur Terre, à l'ouvrage dans 106 pays, 352.000 salariés appointés ... La peste hypothécaire knock-outa le géant; le 23 novembre 2008, la Maison Blanche annonça un plan d’ampleur pour épauler le Nabucco de la banque : 306 milliards de dollars de garantie sur des actifs risqués, et vingt autres encore en capital. Soit autant que sa valeur boursière du moment (…)
, profita aussitôt de l’aubaine, et bientôt des lumières de … Rubin, qui présida son conseil avec le succès que l’on sait ! Lawrence Summers, un autre ancien de Goldman Sachs hérita le maroquin, puis Henry Paulson, prince de ce même sang, qui socialisa par milliards les pertes du maelstrom financier. Dernière étoile en date, voici Tim Geithner : il a de l’école, comme on le dit d’un cheval dressé au manège. Sous-secrétaire aux Finances pour les affaires internationales, sous l’autorité de Robert Rubin puis de Lawrence Summers, il accéda ensuite à la présidence de la Fed de New York où il participa activement au renflouement de Citigroup et du mastodonte AIG
2, aujourd’hui présidé par Edward Liddy, ancien de … Goldman Sachs. On pourrait en écrire dix pages !

 

Ainsi pilotée, adroite à s’introduire dans tout, jusqu’aux biens les plus publics, l’ultrafinance américaine est aujourd’hui le premier fonds de commerce de l’Union : durant la décennie écoulée, ses profits ont signé 40% des bénéfices de l’économie du pays, alors qu’ils n’avaient jamais excédé 16% entre 1973 et 1985 3. Detroit, capitale de l’automobile n’est plus, dernier témoignage d’une désindustrialisation massiveA vos marques

(…) Dans les années 1970, les Etats-Unis d'Amérique, au zénith, mirent un terme aux conventions de Bretton Woods, et inaugurèrent bientôt une pratique dont ils ne se déferaient plus : l’heure vint aux déficits, sous la caution d'un billet vert à peine moins respecté que l’étalon-or. Le commerce extérieur de l’Union noua son premier déficit en 1971, et ne produira plus aucun excédent, sauf en 1973 et 1975. L’exercice 2006 fut désastreux, déficitaire d'environ 764 milliards de dollars, le double de l'édition 2001 : on appréhende la suite. Les Etats-Unis consomment plus qu'ils ne produisent. Ils sont devenus dépendants. Donc nerveux (…)

 attestée par quarante années de déficit commercial. Signe des temps, en 2007, les ténors de l’industrie furent détrônés du classement Forbes par les cadors de la finance spéculative dont les vingt premières épées avaient touché 657,5 millions de dollars l’année précédente
4 ! Et quoique nul n’ait jamais aperçu la moindre contribution de cette magie argentifère au bien commun, sinon sa mise à sac, la pression des banquiers à bonus sur les élus ne faiblit pas : en 2008 et 2009, le lobby financier aura déversé sur les congressmen quelque 462 millions de dollars, soit un mieux de 120% sur dix ans 5 ! Serait-ce qu’il y eût péril en la demeure ? Que cette illégitimité de l’argent, qui n’est pas du suffrage, indisposât l’électeur ? Un sondage récent de l’Agence Rasmussen a montré que seul un américain sur cinq s’estimait représenté par la classe politique, soupçonnée de collusion avec le monde financier : on n’aurait rien vu de tel depuis la guerre d’indépendance au XVIIIe siècle 6 ...

 

Plan savamment ourdi ou roulis favorable des évènements, l’Histoire tranchera. Quand Tim Geithner, l’homme lige de l’establishment, eut assez besogné le contribuable pour renflouer les banques, bonus compris, et que les éminences de Wall Street eurent accordé l’indulgence plénière, la donne changea. Le 21 janvier 2010, Barack Obama recala la politique pro-business de Geithner, pieusement qualifiée de régulation soft, au profit du plan proposé par l’inflexible Paul VolckerDéréglementation financière

(…) En 1979, Paul Volcker devint président de la Réserve fédérale des Etats-Unis, avec l'extrémité de terrasser l’inflation à deux chiffres qui sévissait sur fond de tensions pétrolières. Converti aux vertus du monétarisme friedmanien par Otmar Emminger, son homologue à la Bundesbank, le maître de la Fed utilise alors l’arme monétaire à plein : contrôle des réserves bancaires et constriction sévère des taux directeurs qui passent de 10 à 20% entre août et décembre 1980. Le choc est planétaire ; les Etats-Unis entrent en récession en 1982, mais la réussite est au bout. La machine repart, à la fureur, les indices boursiers explosent (…)

 : impossibilité pour les banques de contrôler des fonds spéculatifs ou de private equity, interdiction d’agir sur les Marchés en compte propre, restriction des crédits à quinze fois le capital en réserve
4-1, plafonnement à 10% de la part de marché des banques de dépôts, et taxation à 0,15% du montant de leurs dettes 7. Cet Armageddon sonnerait le glas de trente années de dérégulation financière, constamment démenties par d’incessants fiascos, et le retour à quelques sagesses qui avaient permis de conjurer la crise de 1929 : en fermant notamment la porte du trading aux banques de dépôts, c’est bien la scission des institutions de Wall Street qui est visée, comme l’avait jadis prescrite ce Glass Steagall Act déconstruit par les maîtres de Goldman Sachs. La détermination sans équivoque du président Obama de s’attaquer aux fat cat bankers – banquiers pleins aux as -, montre que la menace est cette fois-ci sérieuse.

 

Ce combat n’est pas gagné d’avance. L’élection d’un républicain inconnu, Scott Brown, au siège laissé vacant par le lion démocrate Ted Kennedy, actant la perte de majorité qualifiée au Sénat, complique l’affaire, mais ne l’exténue pas. L’ultrafinance, qui joue gros, n’ira pas à Canossa sans livrer bataille : sans le prop trading – investissement pour compte propre, Wall Street perdrait au moins 20% des volumes et les banques environ 15 milliards de dollars à l’année, et 65 de plus sur leurs autres revenus spéculatifs 5. Voilà qui en dit long sur l'efficience des MarchésL’information : principe actif ou placebo ?

(…) Ah, l’efficience des Bourses, cet Everest d'indépassabilité pensé par Eugène Fama dans les années 1960, qui légitime la surcohérence des prix vrombis par des Marchés informés ! L'information, ce graal, qui cristallise tout ! Encore que ! Pléthorique ou surabondante, nul n'y prête plus garde ; corrompue, suspecte de manipulation, parfois tout à fait fictive, elle devient sans valeur réelle. Dans les affaires de Bourse, le suivisme court-termiste des traders façonne les cotations : quelques grosses mains font avancer le Marché, au gré de leurs intérêts, d'autres les escortent, ou non, au gré des leurs propres (…)
, quand un dollar sur cinq contrôlé par des parties prenantes légitime leurs prix ! Bah, le corps financier n’a jamais sué à secréter les anticorps et hormones qui soignent ou dopent ses humeurs. Et celles du pétrole, tracées dans le Goldman Sachs Commodities Index, sont à voir, entre culminations et abysses irréels. Scott Talbott, lobbyiste notoire, agite quant à lui l’increvable chantage à la délocalisation, comme d’aucuns entonnaient celui à la compétence des traders pour qu’on maintînt leurs bonus. La saignée des profits ne mènera-telle pas à une restriction des prêts ? Chacun évente ses convictions, une main sur le cœur, l’autre dans la poche ! Ainsi vont toutes les logiques poussées à bout : quoique théorisées à l’envi, celles-ci finissent par ne plus servir que les intérêts d’une caste contre la multitude. Un jour, le vent tourne.

 

« Les Américains auront beaucoup de mal, comme moi, à accepter une situation dans laquelle une poignée minuscule de directeurs de la sidérurgie, dont la poursuite du pouvoir et du profit privés excède leur sens de la responsabilité publique, peut afficher un tel mépris total envers les intérêts de 185 millions d'Américains » (John Fitzgerald Kennedy, le 11 avril 1962). Un autre démocrate est aujourd’hui sur le pont, qui se collète rudement avec la finance. Il y a beau temps que la sidérurgie a été arraisonnée.   

 

 


 

(1) John Galbraith (1976) - « L’argent »

 

Page 116 - « … De nos jours et par opposition à ceux de secrétaire à la Défense ou de secrétaire d’Etat, le poste de secrétaire au Trésor, à moins que son titulaire n’ait l’oreille du président, est devenu plus honorifique et routinier qu’autre chose. Cherchant à persuader l’un de ses hommes d’accepter ce poste, Lyndon Jonhson l’avertit qu’en cas de refus il ne comptait pas confier cette responsabilité à une personne douée d’intelligence … »

 

(2) Le Post, le 29/01/2010 - « Tim Geithner s’est-il parjuré devant la Chambre des Représentants ? »

 

« … AIG n’est pas seulement le plus gros assureur américain, mais est aussi l’un des plus gros [pourvoyeur] sur le marché mondial des produits dérivés spéculatifs. 100 des 180 milliards de dollars de renflouement fournis entre septembre et novembre 2008 par la Réserve fédérale de New York, présidée à l’époque par Tim Geithner, sont allés directement au remboursement de dérivés de crédit contractés par les grandes banques américaines et européennes (…)Non seulement la NY Fed a remboursé sans négociation ces titres à 100% de leurs valeurs, alors que dans le cas de Lehman Brothers elle n’a rien remboursé, mais elle a assorti sa prestation d’un secret sur les destinataires qui s’étendait originellement jusqu’en 2018 (…) Geithner a dit et répété qu’il n’était pas au courant des conditions de ce renflouement et qu’il n’avait joué aucun rôle dans le processus décisionnel (…) L’autre polémique qui a agité l’audition sont les liens de Geithner avec la banque d’affaires Goldman Sachs, première bénéficiaire du renflouement avec 12,9 milliards de dollars versés. Les députés démocrates (…) ont fait dire à Geithner que son chef de cabinet est un ancien de Goldman Sachs, comme son prédécesseur Henry Paulson avec qui il a coordonné le renflouement d’AIG, ainsi que le mystérieux Dan Jester, un stratégiste financier ayant fait carrière à Goldman Sachs avec qui Geithner a eu le plus de conversations téléphoniques pendant le renflouement, devant Lloyd Blankfein, le PDG de Goldman Sachs, mais derrière Ben Bernanke, le gouverneur de la Réserve Fédérale américaine. … »

 

(3) Les Echos, le 12/02/2001 - « Le fabuleux lobbying de la finance américaine »

(4) Eric Laurent (2009) - « La face cachée des banques »

 

Pages 86, 91 et 126 - « La Banque des Règlements Internationaux (…) propose au monde bancaire des règles de fonctionnement. En 1988, douze nations, dont les Etats-Unis, avaient signé à son siège de Bâle un accord qui imposait un certain nombre de règles de (…) bonne conduite aux établissements financiers. Ils s’engageaient pour faire face à tout risque, à détenir des fonds propres équivalant à 8% de leurs engagements. Pour chaque prêt de 10 milliards de dollars, les établissements devaient posséder 800 millions de dollars (…) La Banque centrale américaine autorisa les banques à réduire le montant de leurs réserves si elles pouvaient prouver que le risque de paiement était vraiment négligeable et si leurs produits étaient notés AAA (…) Les résultats obtenus jusqu’en 2007 par les banques d’investissement (…) découlent de l’ampleur sans précédent des effets de levier. Chez Goldman Sachs, ils atteignent 25 fois les fonds propres, 29 chez Lehman Brothers, 32 chez Merrill Lynch et 33 chez Morgan Stanley et Bear Stearns … »

 

 (5) L’Expansion, Mars 2010 - « Obama à l’assaut des banques »

 

« … En 2008 et 2009, les six principaux établissements bancaires ont mobilisé 75,3 millions de dollars pour financer les campagnes présidentielles, législatives et sénatoriales. En 1998 et 1999, la somme était moitié moindre …» - Dépenses : Citigroup (14,6), JP Morgan (11,7), Bank of America (7,5), American Express (7,1), Goldman Sachs (6,2)

 

 (6) Paul Jorion, le 21/02/2010 – « Le fossé qui se creuse » (blog et chronique BFM du 22/10/2010)

 

« … Les chiffres les plus récents confirment une tendance de plus en plus marquée au fil des mois : une défiance de la population envers ceux qui la représentent et la gouvernent. À peine un peu plus d’un Américain sur cinq (21 %) considère aujourd’hui que la classe politique représente les citoyens ordinaires (…) Quelles sont les causes de cette perte de confiance massive ? Le sentiment qu’il existe une collusion entre la classe politique et le monde financier. La crise a été perçue par le public comme une faillite retentissante de l’establishment financier, qui en sort décrédibilisé. Or la classe politique semble avoir pris fait et cause pour le monde de la finance. Quand on demande aux Américains si la classe politique constitue un groupe d’intérêt poursuivant ses propres objectifs, 71 % répondent désormais que oui (…)Il faut tout d’abord constater que la désaffection de la population envers la classe politique a atteint la cote d’alerte. On a connu des périodes où le fossé s’était creusé de cette manière et ce furent des périodes de très grande instabilité. Scott Rasmussen, le directeur de l’agence, observe (...) que le rejet de leurs gouvernants par les Américains atteint sans doute le niveau qu’il avait lors de leur guerre d’indépendance au XVIIIe siècle … »

 

 



Illustration : Extraite du site AgoraVox -
« Qu'est-ce que la capitalisme ? » 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Aragon - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

pro phone systems 19/06/2014 12:11

America had emerged as one of the major financial powers in the world many decades ago. Unlike other countries, they required very less time to become a great financial power. Thanks for sharing more details on this highly informative topic.

Louis 01/11/2011 16:21



Un livre qui traite un peu de ce sujet : "La Banque", de Marc Roche.



Marc Piccinin 01/03/2010 00:13


Très bon résumé de la bataille de Titans qui se déroule actuellement aux USA.
Les médias n'en parlent pas et n'en parleront jamais. Le sort de notre civilisation est peut-être en train de se jouer, et on regarde "la ferme".
Qui l'emportera? Personne ne le sait.
Que faire, je ne sais pas...Merçi Aragon.


Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...