Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 19:23

thomas.gif
En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour des crimes qui n'avaient pourtant jamais dépassé le militantisme 1. Connu pour ses idées républicaines et jacobines, fin lettré, cet insurgé des journées de Juillet fatales à Charles X, réédita peu après sous le pseudonyme d’Adolphe Rechastelet, une anagramme approximative de son nom, l’œuvre principale d’Etienne de La Boétie, « De la servitude volontaire ou le Contr’un », composée trois siècles auparavant. L’actualité du discours l'avait confondu, qui articulait la mécanique de l’inféodation des peuples, depuis le tyran et ses tyranneaux rapprochés, jusqu’aux obligés les plus lointains, courtisans de passage et enrichis de circonstance, ces « affamés de places   - Ces Messieurs du Conseil -
──────────────────────────
Le Second Empire fut typique d’une féodalité financière, dynastique et coalisée, qui s’éveilla aussitôt que les capitaux purent s'emboucher où que l’industrie les requît. De grands feudataires jaillirent des banques, des chemins de fer et des forges, et d’aucuns, chassant en meute, se rendirent éternels en phagocytant les lieux. Les Péreire-Thurneyssen administraient une cinquantaine de sociétés ! La famille Rothschild et ses neuf dignitaires avait la main sur trente sociétés. D’autres tribus, moins auréolées comme les Benoist d'Azy Bartholony, Benoist d’Azy, Darblay, etc. annexaient les sièges à qui mieux-mieux : quiconque eût déchu qui n’aurait pas cumulé une bonne dizaine de fauteuils (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 30/08/2012 -

et de budgets ». Tous s’y entendaient selon lui pour domestiquer la multitude, « barbares et prolétaires 2 », qu’une longue habitude du servage tenait à quia. Les arguments de la partie adverse n’étaient pas d’une moindre violence.

Dans sa transcription du texte de La Boétie, Adolphe Rechastelet alias Charles Teste ne se priva pas d’annoter le récit de l’auteur, sans ambages ni circonlocutions, pour harasser le régime en place. Un prétexte accessoire lui permit notamment d’épingler le baron Louis Bouvier du Molart, ex-préfet de Lyon, en poste lors de la révolte des canuts de novembre 1831 qui s’acheva dans un bain de sang – 89 morts, 324 blessés. Ce pur produit de la nomenklatura s’était piqué, peu après son éviction par Casimir Périer, d’expliciter les « Causes du malaise qui se fait sentir dans la société en France » (1834), statistiques à l'appui      - Statistiques en stock -
──────────────────────────
(...) En ce 5 mai 1789, une grande presse courut à l’hôtel des Menus Plaisirs : les Etats Généraux, qui n’avaient plus été réunis depuis 1614, siégeaient à nouveau, avec ce désir d'assainir les affaires de France. Le roi, monarque brouillon et indécis, discourut le premier, gauchement. Le Garde des Sceaux susurra ensuite les intentions du souverain, qui n’en avait aucune. Puis vint le tour de Jacques Necker Directeur Général des Finances et banquier à la réputation établie ; on attendait qu’il dévoilât un vaste dessein, un plan ambitieux qui eût sorti la nation de l’ornière et qu’on pût appliquer sur l’heure : las, on eut des chiffres indigestes, jusqu’à la nausée, trois heures durant (…)
──────────────────────────
    - Boursonomics 09/09/2007 -

 et force considérations d’économie politique au garde-à-vous, pour conclure « que la trop grande population étant la cause première de notre malaise, il fallait se hâter d’employer tous les moyens, prendre toutes les mesures, mettre en usage toutes les ressources, voire les plus immorales, pour étouffer la procréation des prolétaires, en décimer même la race, du moins autant qu’il sera nécessaire d’en diminuer le nombre pour garantir, conserver et augmenter même l’extrême aisance (…) des privilégiés de toute sorte 3 ». Ainsi les pelés et les galeux du royaume d’en bas, miséreux en tout, n’avaient-ils qu’à bien se tenir, jusqu’à leurs ébats réfrénés, sous peine de pâtir durement voire de disparaître tout à fait. Ce darwinisme économique était assez commun à l’époque.

Richard Cantillon, l’un des primats de l’économie politique outre-Manche avait déjà noté dans son « Essai sur la nature du commerce » paru en 1755, soit vingt ans après sa mort, que « les hommes se multiplient comme des souris dans une grange s’ils ont les moyens de subsister sans limitation 4 ». A une époque où l’industrie balbutiait, toute amélioration du niveau de vie, qui ne fût grevée par la famine ou la maladie, impliquait un accroissement des terres cultivables ou des rendements agricoles pour faire face à l’augmentation des âmes : faute de terres, le retour à l’état antérieur était assuré, et ainsi de suite        - Cycles économiques -
──────────────────────────
Depuis les temps immémoriaux de l'antique Phénicie, dont les peuples navigateurs tracèrent les premiers sillons commerciaux du périmètre méditerranéen, l'Economie-Monde chère à Fernand Braudel n'a cessé de s'étendre et d'universaliser ses ricochets. Civilisations, cités-Etats, nations et empires ont prospéré, puis lâché prise, supplanté par de nouveaux arrivants, puis d'autres encore, plus ou moins glorieux, et les affaires des uns impliquèrent bientôt les intérêts de tous les autres. On connut des hauts et des bas, des jours filés de soie et des mauvais lendemains. Un éternel recommencement paraissait vibrer dans l'espace et le temps : des cycles semblaient à l'oeuvre (…)
──────────────────────────
    - Boursonomics 19/09/2006 -

. Un peu plus tard, David Ricardo, l’un des éminents économistes de ce temps, qui fut lui-même des deux camps qu’il opposait - capitaliste « qui surpassa et de loin tous ses contemporains à la Bourse » et propriétaire foncier -, mitrailla à son tour la classe ouvrière : « La tendance invétérée des individus à s’adonner aux délices de la société domestique n’est freinée que par le principe de réalité ». Cet euphémisme ne faisait qu'actualiser le jus copulatoire des thèses de Cantillon : toute hausse des salaires s’accompagne fatalement d’un essor démographique, qui détruit cette hausse en inondant le marché d’un nombre accru de travailleurs. Les industriels aimèrent David Ricardo qui justifiait que les bas salaires étaient moins de leur fait que des irrépressibles fornications de l’humanité.

Nul ne retiendra cependant mieux l’attention sur ces questions que le révérend Thomas Malthus, l’homme le plus moqué de son époque selon son biographe, « qui se félicitait de la petite vérole, de l’esclavage et de l’infanticide 5 ». Son père, un gentleman qui goûtait les Lumières, ami de David Hume, admirateur de Jean-Jacques Rousseau, le mit en selle un jour de 1793 en le conviant à disserter sur le panégyrique d’un philosophe local, William Godwin, converti à l’optimisme d’Adam Smith, qui promettait un avenir radieux « où ne coexisteraient plus une poignée de riches et une multitude de pauvres (…) sans guerre, ni crime, ni d’administration de la justice, ni de gouvernement ». Bref, le Marché, l’équilibre général, et l’harmonie béate ! Malthus mit à bas ces rêves de félicité en peu de pages 6, et conjectura des lendemains plus sombres, quelles que fussent les avancées des sociétés. Ce contrepied aux idées nouvelles, celles de Condorcet notamment sur l’origine de la misère et de sa résolution, réputait que tout progrès ne pouvait à terme qu’éreinter l’espèce, laquelle ploierait sous son poids, celui de ses bouches avides, devenues trop nombreuses, bientôt affamées, et rien pour les nourrir. Les survivants anglais de la Grande Peste du XIVe siècle n’avaient-ils pas vu leurs salaires plus que doubler 7 ? Thomas Carlyle qualifia l’économie de dismal science – la science lugubre.
 
Les malthusiens imprègneront longtemps la scène classique de cette vision pessimiste où l’économie, toujours bornée par les oscillations du genre humain, jamais en mesure de triompher durablement sans déchoir, paraît finalement vouer les hommes à la pauvreté perpétuelle. Karl Marx s’emparera de ce mobile pour adjuger l’éternelle misère du prolétariat au sein du système capitaliste. Puis la transition démographique de l’Occident, c’est-à-dire la maîtrise des naissances, alors qu’il n’était « pas rare que dans les Highlands d’Ecosse, une mère ayant engendré vingt enfants n’en conservât que deux vivants » (Adam Smith), les progrès de santé publique, le statut de la femme, le processus d’industrialisation et d’autres raisons mal connues, reléguèrent les thèses du pasteur au second plan. Les terres nourricières d’Angleterre, inextensibles, trouveront un relais naturel dans l’importation de denrées agricoles issues d’un Nouveau Monde esclavagiste, payées par un sous-sol riche en charbon. Mais le hasard géologique n’a qu’un temps, comme l’aléa biologique ou l’exploitation d’une main d’œuvre bon marché et servile. Ainsi l’économie-monde chère à Fernand Braudel, dont on voit combien son espace mondialisé         - Du libre-échange -
──────────────────────────
(…) Une mode chasse l'autre, et s'en revient après qu’on l'a abjurée. Les années folles virent le retour du libre-échangisme, hormis aux Etats-Unis où s’orchestrait une marche impériale à l’anglaise conforme à la prédiction d’Ulysses Grant. La crise de 1929 rappela le protectionnisme à l'avant-scène et d’aucuns y virent l’une des étincelles de la Seconde Guerre Mondiale, quoiqu'à la veille du conflit le chômage eût diminué à peu près partout. Puis les temps globalisés, vantés par les libéraux, reprirent la main : Ronald Reagan et Margaret Thatcher, la dame de fer, cultivèrent cette école devenue mondialisatrice fortune faite, une fois l’échelle tirée, ainsi que l'avait si bien décrit Friedrich List (…)
──────────────────────────
    - Boursonomics 19/04/2009 -

est défendu bec et ongles, pourrait-elle bien réserver quelques retours de bâton malthusiens. La science lugubre ne tardera pas à distinguer ce qu’elle ponctionnerait alors du surplus.

Les calamiteux augures de cette dismal science, que l’on avait remisés aux archives, retrouvent aujourd’hui un parfum de modernité. Quelques pays, plus ou moins misérables, verront leur population tripler d'ici 2050, d’autres, nombreux et à peine mieux lotis, doubleront leurs effectifs 8. Dans cet infini grouillement de l'espèce, des hommes et des femmes, de chair et de sang, qu’il faudra bien nourrir et employer, chauffer et éclairer avec la dernière énergie, prolétaires compris. Cette gageure-là vaut bien une messe, révérend Malthus !  
 
 

 
(1) Voir la monographie imprimée datée de 1834 :
 
« Procès des citoyens Voyer-d'Argenson, Charles Teste et Auguste Mie, prévenus d'avoir excité le mépris et la haine contre une classe de personnes, et d'avoir provoqué à la guerre civile, etc (21 décembre 1833) » - Bibliothèque Gallica – Sujet : France (1830-1848, Louis-Philippe)
 
(2) François Pugnière (2008) - « Les cultures politiques à Nîmes et dans le Bas-Languedoc oriental du XVIIe siècle »
(3) Etienne de la Boétie - « De la servitude volontaire ou le Contr’un » (Edition 1836)

« Ouvrage publié en l’an 1549 et transcrit en langage moderne pour être plus à la portée d’un chacun voire des moins aisés, par Adolphe Rechastelet »
 
(4) Richard Cantillon (1755) –  « Essai sur la nature du commerce »

Page 110 - « … Nous voyons tous les jours que les Anglais, en général, consomment plus de produit de terre que leurs pères ne faisaient ; c’est le vrai moyen qu’il y ait moins d’habitants que par le passé. Les hommes se multiplient comme des souris dans une grange, s’ils ont le moyen de subsister sans limitation ; les Anglais dans les Colonies deviendront plus nombreux, à proportion dans trois générations, qu’ils ne seront en Angleterre en trente ; parce que dans les Colonies, ils trouvent à défricher de nouveaux fonds de terre dont ils chassent les Sauvages… »
 
(5) Robert Heilbroner (1970) - « Les grands économistes »

Page 79 - « … En ce qui concerne ce pauvre Malthus, écoutons son biographe James Bonar : ‘ Il fut l’homme le plus moqué de son époque. Bonaparte lui-même ne fut pas plus décrié de ses contemporains. Il était l’homme qui se félicitait de la petite vérole, de l’esclavage et de l’infanticide ; l’homme qui dénonçait les soupes populaires, les mariages précoces et les secours communaux ; l’homme qui avait eu l’imprudence de se marier après avoir tonné contre le fléau de la famille. Dès le début, jamais Malthus ne fut ignoré ; il s’attira pendant trente ans un déluge de réfutations … »
 
(6) Thomas Malthus (1798) - « Essai sur le principe de population »
(7) Daniel Cohen (2009) - « La prospérité du vice »
(8) Rapport de l’UNFPA 2004 (Fonds des Nations Unies pour la Population)
 
Les dix-huit pays qui dépasseront les 100 millions d’habitants en 2050 : (Population en 2000 – Population en 2050) en millions d’habitants – Inde (1.016,94 – 1.531,44), Chine (1.275,21 – 1.395,18), Etats-Unis (285 – 408,69), Pakistan (142,75 – 348,70), Indonésie (211,56 – 293,8), Nigéria (114,74 – 258,47), Bangladesh (137,95 – 254,60), Brésil (171,79 – 233,14) , Ethiopie (65,60 – 170,98), République Démocratique du Congo (48,57 – 151,64), Mexique ( 98,93 – 140,23), Egypte (67,78 – 127,40), Philippines (75,71 – 126,96), Vietnam (78,14 – 117,69), Japon (127,03 – 109,72), Iran (66,44 – 105,48), Ouganda (23,49 – 103,25), Russie (145,61 – 101,46)
 
 

 
 
  

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Aragon - dans Economics
commenter cet article

commentaires

apa paraphrasing 16/09/2014 14:23

Oui, à cette époque, le français venait de fermer sa bouche, ils ne pouvaient pas exprimer leurs souhaits et de se plaindre! Il est très égoïste de la part des autorités britanniques!

mba admission essays 03/09/2014 15:09

Louis était une personne extraordinaire et un homme politique fiers! Au cours de son règne - il y avait la tyrannie, et il y avait un ordre!

research paper writer 11/08/2014 14:41

Depuis l'Antiquité, la science comme un type de connaissance a été étroitement lié à la philosophie. À l'époque médiévale fondement de la méthode scientifique a été posée qui a souligné les données expérimentales et la reproductibilité de ses résultats.

kolclink 07/07/2012 07:16


Marc... "reviendez" s'il vous plait....

kolclink 12/03/2011 00:24



Bonjour cher Marc,


Vous avez disparu de nos écrans radar... voir sonar... rien de facheux ou une pause ?


A bientot j'espére, il y a matiére. (hu la rime).


 



Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...