Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









26 décembre 2006 2 26 /12 /décembre /2006 01:26



Francis-Baring-copie-2.gifMardi 17 janvier 1995. Kobé, assoupie, s’éveille doucement. Au sud de la ville, face à la baie d’Osaka, les premières lueurs du jour baigneront bientôt le port, Rokko Island, Port Island, et les nombreuses îles artificielles que l’homme a gagnées sur la mer. Soudain, à 5h46 locale, la terre se met à gronder. Surgissant de nulle part, un bruit sourd déchire la nuit, aussitôt accompagné de violentes secousses qui ébranlent la cité, semant la terreur, la désolation, la mort. Le séisme de Hanshin-Awaji a frappé, avec une infinie brutalité. Kobé est ravagée : 6.000 morts, des blessés en masse, 100 milliards de dollars de dégâts 1 ! On s'organise, et la vie continue, avec ceux qui restent. A Tokyo, les Marchés, peu préparés aux évènements rares        - La courbe en cloche -
──────────────────────────
(…) Le 21 octobre 1929 commença la fin : le lundi qui suivit, l'indice Dow Jones, pris de vertige, perdit 13%, et le lendemain 12% encore dans une apocalypse crépusculaire préludant une longue dépression de l'économie américaine. On croyait avoir tout vu, on se trompait : le 19 octobre 1987, le Dow Jones fera mieux encore, c’est-à-dire pire, qui dévissera de 22,6% en une seule journée ! Un autre inouï statistique se produira à l’été 1998, en point d’orgue à la crise asiatique, quand la banqueroute russe balaiera les places aux limites des cas d'école. L'évènement rare, voilà le trublion ! Cygne noir ou merle blanc, l'oiseau des philosophes n'a pas sa place dans la volière de la finance (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 13/08/2006 -

, accusent le coup : le Nikkei perd 11%. L’onde de choc boursière ira jusqu'à Singapour, camp de base d’un trader bientôt fameux, Nick Leeson, qui y opère pour le compte de la banque Barings. Puis jusqu'à Londres : le 26 février 1995, à peine plus d'un mois après l'effroyable cataclysme, l'une des plus anciennes maisons financières d'Angleterre est placée sous tutelle. Ultime humiliation : le 6 mars 1995, le néerlandais ING rachète la séculaire Barings pour une livre symbolique !

Flash-back. C’est à partir de 1762 que les Baring prennent leur envol, devenant vite l’un des tout premiers marchands du royaume. L’affaire croît, embellit, franchissant les océans, armant les vaisseaux de commerce, finançant des prêts, prenant des garanties … De proche en proche, le négoce devient banque. En 1777, naît la « Baring Brothers », qui n’aura de cesse de devenir la première banque d’Angleterre, apanage déjà à cette époque des Rothschild 2. Prospérant grâce aux affaires maritimes         - Du libre-échange  -
──────────────────────────
(…) L’Angleterre eut toujours pour ses vaisseaux les yeux de Chimène. Son empire vaquait jusqu’aux Indes magnifiques au-delà des caps qu’on doublait au prix de périples, parfois héroïques, sous l'aile protectrice de la Royal Navy. La Couronne exigea vite que ce ballet naval fût réglé à son profit. Dès 1651, les Actes de Navigation réservèrent le fret à la marine locale par des taxes ou des interdits sur l'affrètement étranger. Les cotonnades indiennes restèrent à demeure quand les filatures du Lancashire en décousirent sur les nouveaux métiers à étoffes ; de 1774 à 1842, on n'exporta plus de biens d’équipement. Ce climat de protectionnisme marqué participa à l’essor économique britannique (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 19/04/2009 -

, mais aussi, sur le terrain politique, la banque ne craint pas l’ambivalence, qui financera notamment tout à la fois les Américains en guerre contre les Français, et, le corps expéditionnaire de Napoléon contre ces mêmes Américains. A l’issue de ce conflit, en 1802, Baring Brothers organisera la vente de la Louisiane, versant à Bonaparte des fonds qui lui seront bien utiles pour mener ses propres guerres … notamment contre l'Angleterre ! Ces liens que les Baring sauront entretenir avec les puissants feront dire au Duc de Richelieu, principal ministre de Louis XVIII : « Il y a six grandes puissances aujourd'hui en Europe : l'Angleterre, la France, la Prusse, l'Autriche, la Russie et la Maison Baring 3 ». Fortunes et infortunes paveront ainsi l’Histoire de la banque. En 1984, la Baring Brothers, devenue la Barings, achète Henderson Crosthwaithe, un courtier britannique impliqué dans les Bourses asiatiques.

Nick Leeson n’a pas quant à lui le privilège de la naissance ; son extraction est basse, ses études sont ordinaires, il rate même son baccalauréat. Son premier emploi l’amène chez Coutts & Company, banquiers de la Reine, où il pointe des chèques, sans « qu’il n‘en vît jamais aucun qui fût signé de Charles Windsor 4 ». A l’été 1987, il entre chez Morgan Stanley UK pour y enregistrer les contrats à terme et les options. Il y apprend l'éclat des produits dérivés          - Marchés dérivés -
──────────────────────────
(...) Un produit dérivé boursier est un contrat dont la valeur découle d'un autre produit, qualifié de sous-jacent. Son but est simple : il s’agit de réduire le risque en mettant en rapport différents intervenants sur les marchés associés. L’agriculteur qui ne veut pas supporter le risque d’une variation de prix peut vendre sa récolte à terme, à un prix fixé aujourd’hui, tout comme l’industriel peut acheter au prix d'aujourd'hui des matières dont il n'aura l'usage que plus tard, se protégeant ainsi contre toute fluctuation défavorable des cours. Et si ce système opère, c’est bien parce qu’il se trouve des contrepartistes qui ne dédaigneront pas d'endosser cet aléa de Marché : ce sont les spéculateurs (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 19/08/2006 -

et se fait la main. Il comprend surtout que les feux de la rampe ne brillent pas pour les gratte-papier du back office 5. Les étoiles sont les traders, et ils opèrent dans les salles de marché ! Le 10 juillet 1989, Nick Leeson rejoint la Barings. Imagine-t-on ce jeune homme de 22 ans, au 8 Bishopsgate, en plein cœur de la City, en ces lieux écrasés de solennité, à l’atmosphère raréfiée, au silence feutré … et ces murs, couverts de toute la généalogie des maîtres de la place ? Ici, lord Northbrook, premier comte du nom, gouverneur des Indes et premier lord de l’Amirauté, là, lord Howick, gouverneur colonial du Kenya, lord Cromer, consul d’Egypte, tel autre, gouverneur de la Banque d’Angleterre, tous, parentèle comprise, à jamais figés dans des postures victoriennes. Qu’a-t-il éprouvé en pareille compagnie, lui qui peu après plombera cette galerie antique du haut de sa roture ? Au printemps 1990, Nick Leeson s’envole vers l’Extrême-Orient.

Hong-Kong, Djakarta, du back-office. Singapour enfin ! La Barings Futures a là ses quartiers, distraitement dirigée par un manager aux nombreuses casquettes directoriales qui se désintéresse des opérations sur les dérivés. Entre Londres et Singapour, le flou de l’organigramme est une aubaine pour qui veut prendre le pouvoir. Outrepassant vite le mandat de superviseur des règlements qui l’a conduit à Singapour, Nick Leeson peu à peu fédère, recrute, gère en même temps qu’il opère, contrôle les opérations qu’il a lui-même menées, à rebours de tous les canons de la profession. En 1992, il obtient sa licence de trader : de simple arbitragiste aux ordres, il travaille bientôt en compte propre. Il supervise tout, depuis le front office 6, les transactions à l'avant-scène, jusqu’au back office, l’arrière-cour comptable. Les résultats qu’il obtient sont incroyables, à tout le moins paraissent tels, qui feront dire à Peter Baring lui-même, dès 1993 : « Les bénéfices sont devenus spectaculaires après la restructuration : la Barings en a conclu qu’en fait il n’était pas très difficile de gagner beaucoup d’argent avec des titres 4 ». Mais le ver est dans le fruit : un compte dit d’erreurs, secret, numéroté 88888, qui reçoit les inévitables méprises de la criée commence peu à peu à forcir de mécomptes moins autorisés : fin février 1995, on y découvrira une dissimulation abyssale  - Détournements inaperçus -
──────────────────────────
(...) Les Roaring Nineties ne furent pas sans rappeler l’hédonisme des années folles : le génie financier se mit à concocter de nouveaux plans, admirables, qui libèreraient toute la fantaisie des magiciens de l'argent. Le résultat fut calamiteux : Drexel Burnham Lambert, une banque très innovante de ce temps y laissa sa chemise, envoyé au tapis par son maître à penser, Michael Milken, l’inventeur des obligations pourries. Des traders voyous, comme Ivan Boesky, Dennis Levine, et d'autres encore, précédèrent le crépuscule de l’icône et celle des Bourses en 1987. Nick Leeson se fit remarquer en torpillant la Barings, coulée par la chute du Nikkei et l’ébranlement cataclysmique de Kobé en 1995 (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 21/12/2008 -

 de quelque 827 millions de livres 7.

Pour surseoir, Leeson ratisse large : entre autres cautèles, il invente une créance fictive sur Citibank, puis une autre de 7,78 milliards de yens qu’aurait contractée un courtier 8 sur une transaction hors marché, payée par la Barings Futures en lieu et place de la BNP 4 ! Ses opérations au feu ne sont pas mieux auditées : le trou enfle. Il multiplie les risques, joue d’abord la stabilité du Nikkei sur des marchés à terme où l’appel de marge est quotidien. Londres comble mais s’inquiète. Le séisme de Kobé sonne l'hallali : le Nikkei perd 1000 points. Leeson joue la reprise et vend alors des options sur l’indice, une manœuvre dilatoire qui permet d’encaisser aussitôt une prime et de perfuser une liquidité temporaire. Le Marché ne suit pas, et la prime reçue n’est que de payer continûment l’appel de marge du lendemain. Désemparé, notre trader s’invite sur le marché OTC 9, où des gens bien élevés négocient hors bourse des transactions sans appel de marge. Une bouffée d’oxygène. Mais il est talonné : et le temps ne permettra pas que son pari d’une remontée du Nikkei soit gagnant, ou plus mortifère. Ce jeu où la perte potentielle est immense, égale en limite au notionnel, expédiera la Barings ad patres. La Banque d'Angleterre ne leva pas le petit doigt      - Les Etats, les banques -
──────────────────────────
(…) A l'automne 2007, tandis que Northern Rock, huitième banque du Royaume-Uni, se mourait, Mervyn King, gouverneur de l'immémoriale Banque d’Angleterre, droit dans ses bottes, corna haut et fort qu’il ne volerait au secours de personne, à commencer par la belle de Regent Centre, estimant « qu’un apport de liquidité (…) encourage des prises de risque excessives et sème les graines de crises financières futures ». On ne suspecte pas l’orthodoxie de ceux qui font la doctrine ! Les naufrageurs de la séculaire Barings s’en souviennent encore ! Bah, une semaine après cette proclamation, l'Argentier du Royaume capitulait et pour finir, cassait sa tirelire sous la pression de la rue en colère (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 24/12/2007 -

, afin qu'on ne pût croire qu'elle épongerait les pratiques rouées de quiconque, fût-il de son lignage. La reine Elizabeth opina : « We are not amused ».

En septembre 1995, la banque japonaise Daiwa étala une perte de 1,1 milliard de dollars et la fermeture de ses bureaux new-yorkais, suite aux mauvaises affaires de Toshihide Iguchi, l’un de ses traders sur place 10. En 2001, John Rusnak, fera perdre 691 millions de dollars à la banque AllFirst de Baltimore, filiale américaine de la major irlandaise Allied Irish Bank 11. Et tant d’autres histoires de traders éblouissants             - Rogue traders -
──────────────────────────
(...) La finance n’est pas économe de dollars qui volètent par milliards, tourbillonnant ici, s’évanouissant là, qui ne bouleversent plus personne. La notion même de valeur se perd dans les algorithmes des machines électroniques, évanescente, jusqu’à l’anesthésie complète et la perte de tout sens réel. Dans ce concert, les banques, compagnies financières et autres professionnels de l’argent, sont aux premières loges. Las, il arrive que leurs soldats au feu, les traders, soient plus étreints par des positions spéculatives adverses que par la déontologie ou les stratégies d’entreprise(s) à long terme. Quand enfin on entend mugir le Minotaure, le trader, traître et relaps, est livré à la vindicte populaire (…)
──────────────────────────
     - Boursonomics 27/01/2008 -

, fascinés par l’argent roi, mal contrôlés par leur hiérarchie, pris dans la spirale du recouvrement de pertes ne cessant de s’accroître et finalement maquillant les comptes. Le portrait du virtuose de la Barings est tout entier là.





 
(1) Le Monde Diplomatique, Août 1996 - « Et si le Japon faisait faillite »
(2) Les Echos, le 18/08/2005 - « Francis Baring » - Tristan Gaston-Breton
(3) Emmanuel de Waresquiel (2003) - « Talleyrand, le prince immobile »
(4) Nick Leeson (1999) - « Rogue trader »
(5) Suivi administratif et comptable des transactions conclues par les négociateurs ;
(6) Prise directe des négociateurs avec le Marché (par exemple anciennement la Corbeille) ;
(7) La Vie Financière, du 24 au 30 août 2007 - « La chute de la banque Barings »
(8) Le courtier en question est Spear, Leeds & Kellogg
(9) OTC : Over The Counter (littéralement Au-dessus du comptoir)
(10) Washington Times, le 27/09/1995 - « Toshihide Iguchi »
(11) The London Independent, le 18/01/2003 -  « Rogue currency trader Rusnak jailed …  »



Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Aragon - dans Historiographie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...