Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Boursonomics

  • : Boursonomics
  • Boursonomics
  • : Marche aléatoire autour des Marchés financiers et de la sphère économique. Peinture décalée d'un monde empli de certitudes qui oublie trop souvent ses leçons d'Histoire
  • Contact

Visiteurs



Archives

Indices









17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 22:18


La doctrine du libre-échangisme de David Ricardo postule que tout échange apporte un plus aux échangistes - sinon il n’y aurait pas d'échange -, et que celui-ci permet de réaffecter les facteurs de production de façon plus efficace. Chaque nation a donc intérêt à se spécialiser dans la production des biens pour lesquels elle a l'avantage absolu, et à les échanger contre d'autres biens, avec d'autres nations. Le travail, c’est-à-dire la productivité, fait partie de ce paquetage libre-échangiste, et sa réorganisation au niveau planétaire porte un nom bien moderne, qui sonne parfois comme un glas : la mondialisation.

Dans cette nouvelle répartition mondiale, le centre, le cerveau - l’estomac surtout -, se trouvent au Nord, et les membres - les bras surtout -, sont au sud, en Chine ou dans les pays émergents. Nous sommes bien au cœur du problème. Mais en bonne cousine de l’économie libérale, qui ignore souvent les faits perturbateurs, la théorie de Ricardo exclut l’existence de rendements croissants - « Plus je produis et moins cela me coûte » -, qui conduisent tout droit au monopole naturel : Microsoft est un bon exemple de monopole international, qui accroît sa taille, ses profits, et diminue ses coûts au fur et à mesure qu’il envahit les places étrangères. Le textile chinois aussi.

A première vue, la limite de la théorie serait le fait que les chinois produiraient tout mieux que nous et moins cher. Et que de proche en proche, exterminant la concurrence sur tous les terrains commerciaux, la Chine imposerait sa prééminence économique, parce que la taille du prédateur et l’ampleur du marché favorisent le conquérant et le rendent plus apte à la conquête. Fin de l’épisode Ricardo : la Chine d’aujourd’hui n’est ni le Portugal, ni l’Angleterre du XIXème siècle et la régulation politique des Etats comme les règles internationales du commerce prennent le pas sur le marché omnipotent de l’économie savante. Il était temps.

L’Union européenne a lourdement condamné Microsoft. A l’été 2005, CNOOC (China National Offshore Oil Corporation), l’une des principales compagnies chinoises a voulu acheter une société pétrolière américaine, Unocal. Au pays du libéralisme affirmé, du Marché-Roi, que croyez-vous qu’il advint ? Le Congrès des Etats-Unis blackboula l’offre, CNOOC rengaina ses gaules, et Chevron, dont l’offre était inférieure à son concurrent chinois, remporta la mise. Le libre-échangisme a ses limites.

L’excédent commercial chinois s’est établi à 101,8 milliards de dollars en 2005. En comparaison, celui de l’Allemagne s’établissait à 160,6 milliards d’euros - (les USA, qui ne laissent pas d’inquiéter, ont fait afficher eux un déficit de 726 milliards de dollars ! -). La Chine est extrêmement compétitive sur certains produits mais importe lourdement dans les secteurs technologiques (électronique notamment). Retour de Ricardo, rien n’est simple : spécialisation dans les domaines respectifs d’excellence des Etats, dans l’attente de la réduction du différentiel social. Car il est aussi possible que les chinois aient un jour envie de gagner davantage, de mieux se soigner ...

Il appartient aux Etats d’uniformiser le bien social : que nos sociétés flexibilisent le travail n’exclut pas que d’autres augmentent les salaires du leur. L’homme, c’est-à-dire le politique, doit prendre son destin en main : le marché ne le fera pas tout seul.

A ce compte-là, la Chine n’est pas un danger mondial. C’est peut-être même l’inverse.



Cet article a également été posté sur un forum généraliste Boursorama. Si vous agréez son contenu, cliquez ici pour l'y recommander : vous accroîtrez son audience et celle de l'auteur


Repost 0
Published by Marc Aragon - dans Economics
commenter cet article

Articles Récents

  • Nos chers emprunts russes !
    Alexandre III, tsar de toutes les Russies (1881-1894), ne goûtait guère l’influence étrangère, notamment allemande, que son père avait laissé tapir jusqu’aux confins de l’Empire. Cette germanophilie avait été en outre mal payée de retour lors du Congrès...
  • Le Glass Banking Act
    A partir de 1924, Wall Street se mit à flamber, et, sinon l’accalmie de 1926, la hausse ne cessa plus de galoper, jusqu’aux culminations que l’on sait. En mars 1929 cependant, la jeune Federal Reserve, sur qui pleuvaient quinze années de critiques depuis...
  • Ces Messieurs du Conseil
    Polytechnicien de haut parage ainsi qu’il convenait après que Napoléon eut estimé « dangereux de donner une scolarité avancée à des gens qui ne sont pas issus de familles riches 1 », le baron Louis Charles Georges Brincard (1871-1953) ne gâta aucunement...
  • Changement d'ère
    Le krach des krachs, qui expédia Wall Street au tréfonds à l’automne 1929, marqua durablement les consciences et stérilisa l'initiative financière pendant un bon quart de siècle. Puis, de nouveaux professeurs - Les Maîtres enchanteurs - (...) Au printemps...
  • LIBOR : en avant toute !
    La finance ne connaît ni répit ni paix des braves, et, de la coque au pont, chacun fourbit ses armes comme jadis les Cyclopes forgeaient les foudres. Point de bonace ici, ni davantage d’esthètes : la trombe et le branle sont la clé quand l’action est...
  • La science lugubre
    En 1834, toute opposition au pouvoir du Roi des Français avait été muselée, et mise hors d’état d’ourdir. La subversion politique était guettée partout, où qu’elle pût manigancer, jusqu’au Bas-Languedoc du fieffé Charles Teste, un citoyen poursuivi pour...
  • Hors du temps
    Louis-Philippe de France, né d’Orléans aura été le second 1 , et donc le dernier roi des Français, dirait-on-mieux, de quelques Français. Certes, mille ans de monarchie héréditaire avaient montré combien l’Ancien Régime considérait peu ceux qui n'étaient...
  • Fallaces et trompe-l'oeil
    Isaac Newton fit cette admirable promesse que le monde suivait une trajectoire déterministe, puis se fit ironiquement plumer dans le naufrage de la Compagnie des Mers du Sud en 1720. N’importe, cette fièvre de l’absolu étreignit les meilleurs esprits,...
  • Le cyber-concours de beauté
    Le brasseur Scottish & Newcastle attirait les convoitises de longue date, entre autres celles du danois Carlsberg et du néerlandais Heineken 1 , mais au printemps 2007 sa capitulation n’était pas encore à l’ordre du jour. La City regrettait le millésime...
  • Fat Cat Bankers
    Tim Geithner fut adoubé sans veillée d’armes et séance tenante : sitôt connue, sa nomination au Secrétariat au Trésor fouetta le Dow Jones, qui s'enchérit de 11,8%, sa plus forte marche en avant sur deux jours depuis 1987 ! Les banques, sévèrement éprouvées,...